BPJEPS AGFF - éléments du dossier d'habilitation

Constitution dossier habilitation BP AG2F

Arrêté du 18 avril 2002 - Art 7 
La demande d'habilitation porte sur l'intégralité de la formation relative à la spécialité. 
Elle est instruite au vu d'un dossier comprenant : 

Ce dossier d'habilitation  comprend, pour une demande initiale : 
 a) Une présentation de l'organisme et de son organisation administrative, financière et pédagogique 
 b) Le nombre de sessions de formation envisagé sur la période d'habilitation et l'effectif maximum de stagiaires en parcours complet par session de formation ; 
 c) Une présentation détaillée de la première session de formation, incluant, le cas échéant, l'unité capitalisable complémentaire ou le certificat de spécialisation associé, permettant l'appréciation des critères prévus à l'article A. 212-22. Dans le cas d'une formation accueillant des apprentis, cette partie de dossier est visée par le centre de formation d'apprentis concerné ; 
 d) Une analyse des profils et les perspectives d'emploi visées par l'organisme accueillant des stagiaires qui ne sont pas en situation d'emploi avant leur entrée en formation. 
 Au vu du dossier prévu à l'article A. 212-20, le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale peut habiliter l'organisme en appréciant les éléments suivants : 
 1° Conformité aux dispositions de l'arrêté portant création de la spécialité, de la mention, de l'unité capitalisable complémentaire ou du certificat de spécialisation visé ;
 2° Durée minimale de 600 heures pour une formation en centre par la voie initiale ; 
 3° Description de la formation dispensée en centre et en entreprise, en lien avec les référentiels professionnel et de certification ; 
 4° Existence d'entreprises susceptibles d'accueillir les stagiaires pour les mises en situation pédagogique et pertinence des modalités d'organisation et de suivi de l'alternance ; 
 5° Justification de la définition de l'objectif terminal et des objectifs intermédiaires spécifiés jusqu'au deuxième rang de la ou des unités capitalisables d'adaptation, et, le cas échéant, des unités capitalisables complémentaires ou certificats de spécialisation, en relation avec les emplois visés et la spécialité et, éventuellement, la mention ; 
 6° Adéquation des moyens humains, financiers et des équipements de l'organisme de formation à la mise en oeuvre de sessions ; 
 7° Adaptation des financements prévus au regard des différents publics des stagiaires accueillis ; 
 8° Intégration au sein de la formation d'une démarche d'éducation à l'environnement vers le développement durable ; 
 9° Adaptation de l'organisation pédagogique de la formation au regard des profils des stagiaires concernés ;
 10° Pertinence des modalités d'organisation du positionnement, des modalités d'élaboration des parcours individualisés et des modalités de mise en place de situations d'évaluation certificative, notamment pour les personnes bénéficiant d'allégements ou de dispense ;  
 11° Cohérence dans l'organisation des situations d'évaluation certificative et correspondance de ces situations aux unités capitalisables qu'elles permettent d'évaluer ; 
 12° Modalités du suivi de l'insertion professionnelle des diplômés ;  
 13° Taux de l'insertion professionnelle des diplômés de la session ou des sessions relevant de l'habilitation précédente dans le cas d'une nouvelle demande d'habilitation, exprimée dans un délai inférieur à trois ans après la fin de l'habilitation précédente et portant sur la même spécialité ou, le cas échéant, la même mention. 


Note d'opportunité

1) Le contexte.

Le ministère chargé des sports met en œuvre une politique nationale qui accorde une place prépondérante à l’accompagnement des sportifs de haut niveau.
L’équilibre de la vie des sportifs est un élément constitutif de la performance.
C’est pourquoi il convient de préserver leur capacité à poursuivre des études et à être préparés à une insertion professionnelle dans les meilleures conditions. aides personnalisées, aménagements de scolarité et d’études, retraite…
 
Le CREPS de Montpellier Font Romeu héberge des structures labellisées dans les parcours d’excellence sportive de nombreuses fédérations olympiques. Le dispositif est organisé autour du double projet (sportif et scolaire ou universitaire) des meilleurs jeunes sportifs français (environ 300 dont la moitié en internat) dans quinze disciplines sportives :
- pôles France d’athlétisme, de golf, de karaté, de triathlon et de volley-ball à Montpellier et pôles France de natation, de patinage de vitesse (short track) et de pentathlon moderne à Font Romeu.
- pôles espoirs d’athlétisme, de baseball, de basket-ball, de golf, de gymnastique rythmique et sportive, de handball, de triathlon, voile et de volley-ball à Montpellier et de lutte, de natation, de patinage de vitesse (short track), de ski nordique et vol libre à font Romeu.
 
Une trentaine de cadres techniques d’état (CTN ou CTS) assurent l’encadrement sportif. Les heures de soutien scolaire et les parcours personnalisés permettent d’atteindre une réussite au bac de près de 100 %. Sont également assurés : accueil, hébergement, restauration et suivi médical longitudinal, kinésithérapie, psychologie et diététique.
 
La création d’une session de brevet professionnel de la jeunesse de l’éducation populaire et du sport spécialité Activités Gymniques de la Forme et de la Force mention D « Haltères Musculation de la Forme et de la Force »répond à la volonté d’optimiser la recherche de l’excellence sportive de ces athlètes sur le site du CREPS de Font Romeu tout en intégrant des compétences professionnelles liées au développement des capacités physiques de différents publics.

2) Le projet pédagogique.

Les contenus d’entraînement des athlètes de haut niveau sur le site de Font Romeu sont traditionnellement portés sur l’aspect spécifique de la préparation physique. La qualité des installations est optimisée depuis près de 50 ans pour intégrer les bienfaits de l’entraînement en moyenne altitude.
 
Les athlètes de haut niveau vivent au quotidien une pratique physique soutenue avec l’accompagnement de leur projet de performance sportive. La préparation physique se décline chaque jour dans ce projet de performance.
 
Accompagner les sportifs de haut niveau dans une formation BP AGFF mention D, c’est développer un ensemble de compétences nouvelles, connexes à leurs activités du quotidien. Ces nouvelles compétences sont centrées sur l’accueil, l’animation, la promotion, la gestion et l’orientation de publics motivés par une activité physique qui relève de la pratique de loisir ou d’entretien. Dans ce cadre, la recherche de performance de haut niveau n'est pas l'objectif. Il est néanmoins possible de s'appuyer pédagogiquement sur l'expérience des athlètes performants.
 
Amener les athlètes de haut niveau à mieux connaitre les enjeux d’une préparation physique équilibrée et durable pour le jeune public à potentiel sera l’idée maîtresse qui conduira à la construction des contenus de l’unité capitalisable d’adaptation à l’emploi (UC10). La maîtrise des spécificités du développement physique des adolescents, la notion de potentiel, d’hygiène alimentaire, d’accompagnement de projet sportif, de plan d’entraînement à long terme serviront de base à l’élaboration de ces contenus.
 
Les compétences spécifiques développées par les entraîneurs des pôles et les experts de l’entraînement présents sur le site de la cité de l’excellence (préparations physiques générale et spécifique, éducatifs de l’haltérophilie, pratique sportive en moyenne altitude, cohésion de groupe, récupération, planification, …) seront mobilisées pour développer une UC10 qui permettra aux apprenants de créer le lien entre l’animation des différents publics et l'accompagnement d’un projet d'entraînement d'un jeune athlète..
 
A l’issue de cette formation, les athlètes de haut niveau pourront soit développer un métier d'animateur, soit compléter leur parcours par la certification de diplômes de leur fédération et ainsi optimiser leur insertion professionnelle, voire se destiner à des carrières d’entraîneurs ou de préparateur physique de niveau 2.




Fiche descritive adaptée et contextualisée des activités

Evolution du nombre de salariés dans diverses activités économiques à caractère sportif
L’étude menée en 2012 laisse apparaître une baisse du nombre de salarié entre dans les activités économiques à caractère sportif : les secteurs de la fabrication d’articles de sport, le commerce en détail d’articles de sport en magasin spécialisé et la construction de bateaux de plaisance (-6500 emploi).
Par contre le total du secteur sport est en hausse sensible sur la même période (+10,5%)

* diagramme chiffré*

« Les chiffres clés du sport », ministère de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, février 2013
 
On constate également dans cette étude un tassement du nombre de salariés dans l’enseignement des disciplines (entraîneurs, animateurs) ainsi qu’une hausse sensible des effectifs dans les activités des centres de culture physique et « autres activités liées au sport » = +71% !
Dans cette catégorie, on trouve les activités professionnelles de type « remise en forme, musculation et préparation physique » aux compétences certifiées en partie par le diplôme BPJEPS AGFF.

Le secteur de la remise en forme, la musculation et la préparation physique

En France, le marché des salles de « remise en forme » est en constant développement. Il représentait déjà en 2005 une valeur annuelle de 1,27 milliards d'euros et selon le recensement effectué par le ministère chargé des sports, la France a un taux global de 41 équipements sportifs de ce type pour 10 000 habitants.
Les Français sont aujourd'hui entre 12 et 13 millions à pratiquer le “fitness”, la musculation ou la gymnastique d'entretien (Enquête IPSOS 2005). L’appellation “salle de remise en forme” recouvre des activités très diversifiées, proposées par des organismes de statut très variable :

  • des salles créées à des fins commerciales qui proposent un accès payant à divers espaces et équipements (salles de gymnastique et de musculation appareillées, piscines, jacuzzi, saunas, hammam) soit avec un encadrement, des cours et une surveillance assurés par des animateurs diplômés soit sans encadrement ;
  • des espaces et équipements dans des structures associatives ou professionnelles, mis à la disposition de leurs adhérents, salariés ou agents avec ou sans encadrement ou surveillance et moyennant l’acquittement d’une cotisation ou la souscription d’une licence ;
  • des espaces et équipements mis à la disposition des clients avec ou sans encadrement ou surveillance au sein de résidences de tourisme, de gîtes de vacances, d’hôtels, de restaurants, de campings, de parcs de loisirs, accessoirement à la prestation principale payante de séjour, d’hébergement ou de repas.

Les bienfaits du sport ne sont à plus à démontrer : influences positives sur la santé par la prévention de certaines maladies, notamment cardio-vasculaires, diminution des accidents du travail, équilibre psychique, dépassement de soi, prévention de la drogue, de l’alcoolisme, de la délinquance.
 
L’offre de biens et de services sportifs s’est accrue de façon importante depuis quelques décennies à la faveur d’une préoccupation grandissante des français pour leur santé et leur bien-être comme de la généralisation d’une société dite de loisirs.
 
Le secteur « sportif », c'est-à-dire, les clubs régis par la loi de 1901 et affiliés à une fédération qui a reçu une délégation de l’Etat pour organiser et promouvoir une pratique sportive doit, aujourd’hui, faire face à une offre à la fois concurrente et complémentaire : celle des entreprises du secteur privé qui font de l’activité physique un commerce (salles de remise en forme), celle des associations sportives communales, celle des personnes publiques ou privées qui mettent à la disposition de leurs salariés ou agents des locaux sportifs, celle enfin des centres d’hébergement (hôtels, campings, résidences de loisirs…) qui offrent des prestations de remise en forme accessoires à la prestation principale.
 
12 à 15 millions de français âgés de plus de 16 ans pratiquent de façon régulière ou occasionnelle le “fitness”, la musculation ou la « remise » en forme (18 % de la population); cependant, seuls environ 3 à 5 millions sont inscrits dans un club au sens commercial du terme soit 6 à 8 % de la population active alors que le taux d’inscription est par exemple de 12 % au Royaume-Uni.
 
Environ 2 500 à 3 000 clubs commerciaux opèrent en France, sur un total de 10 000 salles consacrées à la remise en forme, en grande majorité au sein des structures associatives, communales, affiliées ou non à des fédérations sportives[4]. En moyenne, une salle commerciale a un peu plus de 500 adhérents par an. 31 % des établissements franciliens ont entre 500 et 1 000 adhérents et 36 % plus de 1 000 adhérents, mais certaines structures comptent jusqu’à 80 000 adhérents. 26 % des clubs de statut associatif ont moins de 100 adhérents et 37 % entre 100 et 300 adhérents.
 
Les salles à but non lucratif proposent pour l’essentiel des cours collectifs d’activités gymniques. C’est le cas dans près de 80 % des salles en Ile de France. Les salles commerciales proposent aussi bien des cours collectifs que des activités dites de « forme sur plateau » : activités de musculation ou de cardio-training[5] tels que vélo, tapis de course, rameurs.
 
L’enquête de « perception–clientèle » réalisée par le Centre Régional d'Innovation et de Transfert de Technologie CRITT durant l’été 2009 à la demande de la CSC et de l’Institut national de la Consommation (INC) et destinée à évaluer l’offre de service et les conditions de sécurité offerte aux utilisateurs des salles de remise en forme ou assimilé a permis de dresser le constat présenté ci-dessous.

Les pratiquants

Les pratiquants sont plutôt jeunes (25/45 ans) et en majorité des femmes mais la catégorie des séniors (plus de 55 ans) devient de plus en plus importante (23 % des pratiquants).
70 % des personnes qui fréquentent une salle de sport depuis plus d’un an, la fréquentent depuis plus de 5 ans ; cependant, en moyenne, le taux de réabonnement annuel, de 20 %, est l’un des plus faibles d’Europe selon les représentants de la filière auditionnés. Le taux de renouvellement est de 30 à 50 % en Europe et atteint 70 % aux Etats-Unis. La « démotivation » intervient entre la 6ème et la 8ème semaine.
 
Le rythme de fréquentation de ceux qui persévèrent est soutenu (à 88 % une ou plusieurs fois par semaine), mais principalement en semaine.
 
A la cotisation annuelle s’ajoute ou non un droit d’entrée. La formule d’une cotisation mensuelle ou trimestrielle concerne cependant 28 % des cas. Le coût moyen annuel de l’abonnement est de l’ordre de 318 euros (soit 26,5 €/mois, hors droit d’entrée).
72 % des pratiquants fréquentent cette salle pour « entretenir leur forme ».
Trois types d’activités sont principalement utilisés : cours collectifs (81 % des pratiquants), le cardio-training (61 %), et la musculation (35 %).
 
S’agissant des cours collectifs, les cours de fitness et le cardio-training prennent les premières places, devant la musculation. Les cours collectifs sont fréquentés dans 95 % des cas par des femmes ; les activités de musculation sont pratiquées par les hommes dans 85 % es cas ; les activités de cardio-training sont pratiquées à parité.
 
Les motivations ont changé : la recherche de la performance athlétique, du « sport souffrance » tend à régresser au profit de la recherche de préoccupations ludiques, récréatives et hédonistes qui ont entrainé des innovations dans l’offre proposée par les salles avec des activités plus douces (relaxation, hammam…), collectives (cours collectifs avec musique et vidéo) ou bien tournées vers le bien-être extra sportif et la santé (diététique, cabines de bronzage-UVA), et des services personnalisés (la pratique du « coaching » ou du conseil personnalisé pour s’entrainer).

Les salles de remise en forme

Le marché des salles de remise en forme est atomisé entre une offre dite marchande (les salles commerciales de remise en forme), une offre associative en milieu public ou privé, une offre au sein des entreprises en direction des salariés, une offre au sein de résidences, gîtes de vacances, hôtels-restaurants, campings, parcs de loisir, accessoirement à la prestation principale de repas et/ou d’hébergement.
Environ 88 % des clubs commerciaux sont de petites entreprises indépendantes. Le secteur enregistre beaucoup de dépôts de bilan (dont l’enseigne GYMNASIUM, 9 salles et 150 000 adhérents en 2004). Ce sont majoritairement des clubs ayant leur propre enseigne et qui comptent moins de 10 salariés. 12 % des clubs sont des franchises d’enseignes nationales (Club Med Gym, Fitness First…). Celles-ci réalisent un quart du chiffre d’affaires de la profession.
 
La pratique de la remise en forme est plus urbaine que rurale.
On trouve des SPA/hammam/sauna dans près de 40 % des structures commerciales (dans 2 % des structures associatives) et des activités d’aquagym dans 20 % d’entre elles (28 % des structures associatives). Ce secteur emploie en France environ 18 000 salariés et l’activité dégage plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires selon des sources diverses. Les salariés des structures à finalité commerciale bénéficient de la convention collective ELAC (espaces de loisirs, d'attractions et culturels) tandis que les salariés dans les établissements à but non lucratif dépendent de la convention collective du sport. Les structures associatives proposent majoritairement des emplois à temps partiel (moins de 10 h) pour des interventions ciblées sur les activités de la forme en cours collectifs. Les structures commerciales et territoriales proposent majoritairement des emplois à temps complet ou partiel (20h à 30h) pour des interventions ciblées sur l’ensemble des activités de la remise en forme.
 
Aujourd’hui on peut constater :

  • une diversification de l’offre de services pour séduire des segments de clientèle très variés (comme par exemple l’enseigne LADY FITNESS pour les femmes exclusivement) et une élévation des standards de services (cadre, matériel, compétence) ;
  • un marché atomisé en France avec un taux de pénétration inférieur à celui des autres pays comme les Etats-Unis ou la Grande Bretagne où l’on rencontre aussi bien des petites structures (superficie inférieure à 500 m², moins de 500 adhérents, peu de salariés), des structures intermédiaires (superficie entre 500 et 1 000 m², majorité de SARL, 6 salariés en moyenne), que des grands centres (superficie supérieure à 1 000 m², plus de 1 500 adhérents, 12 salariés en moyenne) ;
  • un secteur en pleine croissance : de manière générale, la pratique du sport est en nette progression par rapport à 2005 : 61 % des Français s’adonnent à un sport, soit 6 points de plus qu’il y a trois ans. Cette hausse de la pratique sportive est essentiellement due à la progression du body-fitness : près d’un Français sur trois (31 %) s’y adonne, soit 4 points de plus qu’en 2005 et 6 points de plus qu’en 2000 ;
  • une apparition du “low cost” (prix d’abonnement de base inférieur à 200 € par an) proposant des formules d’abonnement limitées (pas de piscine, pas de hammam, pas de mise à disposition de serviettes douches payantes…), où la présence d’encadrement est réduite au minimum (la masse salariale d’une salle de remise en forme constitue jusqu’a 50 % des charges) ; concomitamment, on assiste à une offre élitiste proposant des prestations de luxe ;
  • la position dominante d’une société (la société LES MILLS) qui offre aux salles de remise en forme des cours pré-chorégraphiés et la musique associée (taux de pénétration de 50 % des salles, 1 500 salles les plus importantes). Beaucoup regrettent que la formation pour créer ses propres chorégraphies, adaptées aux besoins de la clientèle, ne soit pas intégrée dans la formation aux brevets professionnels ;
  • un accompagnement musical systématique des cours collectifs et dont le volume sonore, souvent excessif, n’est ni mesuré ni maîtrisé par les animateurs ;
  • une formation du personnel d’encadrement et d’animation opérant en salle de remise en forme décrite par certains comme beaucoup trop axée sur la compétition sportive au détriment de l’accompagnement psychologique, l’hygiène et la sécurité ;
  • les exigences d’une réglementation qui a été conçue pour les activités sportives, dans un contexte particulier par rapport au reste de l’Europe et où les organisations publiques sont prépondérantes. Le Conseil d’Etat a établi à deux reprises les limites du champ de compétence du monde sportif institutionnel dans le domaine des activités récréatives de plein air en faisant une stricte application de l’article L. 100-2 du code du sport ;
  • les associations comprennent parfois plusieurs milliers d’adhérents et proposent les mêmes activités que les salles marchandes tout en pratiquant des cotisations d’adhésion nettement plus attractives (moins de 300 € à l’année). Elles n’en assumeraient pas pour autant les contraintes suscitant ainsi une concurrence jugée déloyale par les représentants du secteur marchand : exonération de la TVA, non assujettissement à l’impôt sur les sociétés, absence de charges sociales liées à l’emploi de personnels bénévoles ou quasi bénévoles ou mis à disposition en étant rémunérés par les structures d’accueil. Les adhérents peuvent être encadrés par des bénévoles non diplômés pour animer les activités de la forme. Il s’agit souvent de personnel recruté à temps partiel qu’ils soient stagiaires, professeurs d’éducation physique à la retraite ou professionnels de santé ;
  • l’existence d’entreprises commerciales qui mettent à disposition des pratiquants des équipements sans que ces activités soient surveillées et encadrées.


Les problématiques de santé - diététique

L’enseignement dispensé dans les CREPS insiste sur le fait que les futurs intervenants dans les salles de remise en forme n’ont et ne sont pas supposées être compétents en matière médicale ou nutritionnelle. Or, les messages publicitaires dispensés par certaines salles en faveur de la lutte contre l’obésité ou comportant des allégations trompeuses promouvant les effets prétendument bénéfiques et rapides de la pratique de certaines activités ou de l’utilisation de certains matériels, pour la prévention de l’arthrite ou de la sclérose en plaques, et accompagnée de la vente sur place de compléments alimentaires absorbés parfois en substitution de repas, peuvent mettre en danger la santé des consommateurs.
Trois types de denrées alimentaires mis en vente sont soit des denrées destinées à une alimentation particulière, soit des compléments alimentaires :

- les “gainers” offrent un apport en protéines ;
- certains qui assurent un apport en acides aminés et leurs dérivés tels que la carnitine et la créatine ;
- d’autres qui procurent des minéraux destinés à limiter les pertes en eau et en sels minéraux.

En salle de remise en forme de type «commercial» :

L’accueil est assuré soit par un personnel commercial, soit par un titulaire du BEES qui a évolué vers des missions de direction ou de gestion. Les personnels d’encadrement des APS sont tous brevetés d’Etat (BEES MF, BP JEPS AGFF). Certains sont permanents mais on retrouve dans de nombreuses salles des animateurs sportifs sous contrat, exerçant sur un nombre d’heures qui peut être très réduit (durée de quelques cours collectifs spécifiques). L’objectif est la flexibilité des prestations afin de diminuer les coûts liés aux salaires. Ce n’est apparemment pas la qualité des prestations qui en pâtit mais plutôt la pertinence du suivi du pratiquant qui est mal ou pas assuré faute de temps et de disponibilité. On retrouve assez peu d’animateurs référents mais systématiquement un animateur en surveillance présent sur les créneaux de pratique.
Le programme d’activité est en grande majorité construit à partir d’un questionnaire individuel concernant les objectifs du client, accompagné d’un certificat médical. Le programme proposé s’appuie, pour le renforcement musculaire et le cardio-training, sur des progressions standardisées le plus souvent cohérentes avec les logiciels de pilotage des appareils. Il est présenté sous la forme de fiches papier ou informatiques et évolue principalement en référence à la durée de pratique (renouvellement par mois ou à la demande du pratiquant).
Afin de garantir la présence du client aux cours collectifs, les programmes de des cours sont entièrement guidés par ses envies, sa disponibilité et sa capacité à suivre les rythmes imposés. Dans la grande majorité des cas, les animateurs s’appuient sur leur expérience et sur une première séance « test » de référence pour proposer et organiser les séances.
Le suivi est quant à lui souvent minimaliste pour la formule de base (suivi totalement individualisé pour l’option « coaching ») sans test d’évaluation afin de prendre en compte les progrès ou les difficultés sur les différents cycles de travail. C’est souvent le pratiquant qui demande une réactualisation de son programme. Les efforts faits pour faire évoluer les programmes visent avant tout de fidéliser le client par la diversité des exercices proposés.
Le suivi est en majorité de bonne qualité car réalisé par un animateur qualifié et présent. La taille plus réduite des salles et le nombre d’adhérents moins important permet une écoute de meilleure qualité. Le suivi est réalisé sur fiche individuelle, réactualisée au regard de tests ou d’évaluations mensuelles faisant l’objet d’échanges avec le pratiquant. La réactualisation du programme tient compte, comme pour les salles appartenant à des chaînes, de la motivation et des envies du client. L’accueil d’athlètes de clubs pour leur préparation physique met en évidence une certaine qualité des compétences et une diversité des prestations proposées.
Une exception est sans doute à signaler en ce qui concerne le domaine particulier de la musculation “classique”. Réalisée avec une majorité d’appareillages avec charges libres, elle nécessite une présence plus assidue permettant ainsi un suivi plus précis et plus individualisé.

Pour les salles associatives

Le fonctionnement est conforme à celui des associations relevant de la loi de 1901 dans lesquelles l’adhérent s’engage à prendre part au fonctionnement de la structure en participant à des actions communes (animations, entretien, campagnes d’information…). L’objectif annoncé est celui de faire progresser le pratiquant et la convivialité. Les éducateurs sont brevetés et souvent spécialisés sur une activité (anciens sportifs parfois de haut niveau). Ils sont souvent épaulés par des aides animateurs brevetés fédéraux, brevet de moniteur ou d’entraîneur, ce qui offre la possibilité d’une disponibilité accrue à l’égard les pratiquants (1 moniteur pour 4 à 6 pratiquants). On note une grande stabilité des emplois ce qui facilite l’organisation des activités et les relations avec les pratiquants.
Une partie des activités concerne les athlètes de clubs sportifs qui recherchent des créneaux spécifiques et un certain niveau de compétence de l’encadrement. L’activité de ces salles est souvent conforme aux attentes des fédérations sportives. Le programme d’activité est ici aussi construit avec le pratiquant après un échange avec l’animateur référent. Les questions concernent à la fois le niveau dans les APS, les contre-indications médicales (certificat médical exigé), la motivation et la disponibilité. L’échange oral est souvent préféré à la fiche d’évaluation jugée trop restrictive. En revanche, le programme est systématiquement présenté sur une fiche individuelle réactualisée chaque semaine ou chaque mois à la suite d’une évaluation. Cette organisation très individualisée et très suivie permet la programmation mais aussi l’évaluation et la progression du pratiquant.
Les responsables considèrent le suivi comme une démarche importante, assurée par les animateurs référents qui disposent d’une très grande disponibilité aussi bien dans le cadre du renforcement musculaire que des cours collectifs. Le suivi est réalisé sur fiche individuelle, réactualisée au regard de tests ou d’évaluations mensuelles faisant l’objet d’échanges réguliers avec le pratiquant.

Les emplois

Le marché national de l’offre dans les activités de la forme et de la force, est très morcelé et multiforme. Une analyse (enquête Houlgate) a été conduite pour chacun des secteurs et a donné lieu à une note sur l’emploi pour chacun d’entre eux. Le secteur marchand compte 11 000 à 15 000 salariés. Un développement important de ce secteur a été observé depuis dix ans qui a changé le profil type de l’animateur
 
Les enquêtes sur les métiers de la forme ont donné des repères sur le profil des éducateurs salariés :

  • 25% des salariés déclarent travailler dans le secteur depuis plus de 10 ans alors que 40% déclarent y travailler depuis au moins 3 ans (mais moins de 10 ans).
  • 62,7% déclarent n’avoir qu’un seul employeur.
  • 79% déclarent travailler dans des communes de plus de 10 000 habitants situées à moins de 20km de leur lieu d’habitation. Un emploi sur 3 se trouve dans des communes de plus de 100 000 habitants. »
  • 75% des éducateurs sportifs exercent leur activité principale dans une société commerciale et 13% dans une association.
  • L’offre en termes d’animateurs sportifs est inférieure à la demande.


Le cadre fédéral de l’haltérophilie

La F.F.H.M.F.A.C. est justement la porte d'entrée privilégiée de l'haltérophilie, la musculation, la force athlétique et le culturisme en France ; permet de toucher un vaste public, avec plus de 41000 licenciés et près de 600 clubs, la F.F.H.M.F.A.C. assure un maillage complet du territoire national.
La pratique loisir regroupe les activités physiques et sportives comme la musculation d’entretien et/ou de remise en forme, les cours collectifs et les pratiquants non-compétiteurs des 4 disciplines organisées par la fédération.
Le «loisir» est un secteur d’activité de la FFHMFAC déjà bien développé si on considère le nombre de licences loisirs en rapport avec le nombre total de licences de la fédération.
Concernant l’haltérophilie et la musculation, on dénombre 31000 licenciés, dont près de 3000 compétiteurs. Près de 28000 sont sur une pratique «loisirs».
Concernant la force athlétique, on dénombre 10 000 licenciés, dont 2000 compétiteurs et 8000 « loisirs ».
Concernant le culturisme, on dénombre 4000 licenciés, dont 400 compétiteurs et 3600 « loisirs ».

Les structures fédérales des parcours d’excellence sportives (PES)

Les structures labellisées qui intègrent les parcours d’excellence sportive des fédérations sportives répondent à un cahier des charges très encadré où figure la notion du suivi indivualisé des athlètes, et de l’accompagnement du double projet.
Ces structures offrent des prestations de grande qualité au service de projets de performance à moyen ou long terme. L’encadrement est sous la responsabilité de spécialistes, dirigés par des cadres titulaires d’un niveau 2 ou de professeurs de sport placés auprès de fédérations sportives (CTS, CTN ou EN).
Ces équipes pédagogiques -ou staffs techniques- intègrent de plus en plus de spécialistes de la préparation physique, chargé de faire le lien entre l’intégrité de l’athlèle, les exigences des plans d’entraînement et les projets de performance à terme.

*diagramme chiffré*

Entre 2011 et 2012, 29 nouvelles structures ont ainsi été labellisées sur l’ensemble du territoire. La possibilité de justifier d’une expérience de sportif de haut niveau pour ce type d’emploi est une plus value particulièrement recherchée.

De plus on constate la volonté de réserver les places en structures PES aux athlètes à réel potentiel : cela se traduit par une baisse moyenne des effectifs par pôle (on passe de 16013 sportifs de haut niveau en 2008 à 15105 sportifs de haut niveau en 2012).
On en déduit la volonté de mieux accompagner un effectif de sportifs à potentiel de haute performance tout en optimisant l’accompagnement individualisé de ces athlètes en terme d’entraînement technique, de suivi scolaire, de préparation physique et de préparation mentale. Les plans d’entraînement sont de plus en plus précis, et nécessitent de plus en plus de compétences.
Cette tendance se traduit par la mise en place de formations et de certificats qui viennent compléter des formations fédérales et les diplômes de niveau 4 pour appliquer au plus haut niveau de pratique ces compétences de préparateur physique. Par exemple :

·         Le diplôme de l’INSEP « préparateur physique, méthodologie et applications au haut niveau » = 144h à l’INSEP sous forme modulaire, plus 60h en stage, et 90h de travail à distance. Ce diplôme se différencie des cursus universitaires classiques du type « DU », sur trois points :il se situe dans le champ de la performance de haut niveau ; il encourage une vision disciplinaire des activités physiques : il a pour vocation, le développement d’un corps de praticiens réflexifs. Le diplôme de préparateur physique de l’INSEP se distingue également du BPjEPS AgFF dans le sens qu’il se concentre sur un public ciblé « haute performance ».

·         Le certificat de compétences « préparateur physique de sportifs de haut niveau » organisé au CREPS de Montpellier, qui offre la possibilités aux titulaires d’un BPjEPS d’acquérir connaissances, compétences, méthodes et techniques spécifiques à l’entraînement dans le secteur de la préparation physique. A l’issue d’une présence à 8 modules de 3 jours, le certificat valide une attestatio de suivi et d’assiduité. Ces modules abordent :

o    Les bases biologiques de l’entraînement ; les qualités physiques suivant les publics
o    Le développement de la force : les différents types de force, le développement de la force suivant les publics, les applications pratiques.
o    La force au service des disciplines sportives : musculation orientée et applications pratiques
o    L’Haltérophilie : théorie et applications pratiques et les dérivés de l’haltérophilie au service des disciplines sportives : applications pratiques et pédagogiques.
o    Les filières énergétiques : applications pratiques et pédagogiques
o    Moyens et stratégies de contrôle et d’évaluation : Les différents tests d’évaluation et leurs applications ; Dopage, diététique et moyen de récupération
o    Le travail prophylactique en préparation physique : proprioception, renforcement spécifique, étirement, gainage
o    Méthodologie et planification de l’entraînement : application en sports collectifs et individuels

Par la spécificité de l’alternance avec des publics non compétiteurs dans des structures dédiées – entre autres- à l’apprentissage des éducatifs en haltérophilie et en cardio training au bénéfice de projets de remise en forme ou de programmes d’accompagnement individualisés, le BPjEPS AgFF mention D orienté vers la préparation physique est une réelle opportinuté pour entrer sur un marché du travail en pleine expansion dans les structures fédérales en lien avec les parcours d’excellence sportive.

Les centres de formation des clubs professionnels (CFCP)

Dans le même temps, entre 2003 et 2010 les centres de formation des clubs professionnels connaissent une évolution comparable :
L’évolution du dispositif des centres de formations présente une progression importante du nombre de structures agréées :
ð  De 66 structures pour 4 disciplines à 113 structures agréées dans 6 disciplines (dont 16 structures féminines)

*diagramme chiffré*

Evolution du nombre de centre de formation en club professionnel années 2000
 
Par ailleurs, le niveau de structuration de ces CFC a également évolué. Le niveau d’évolution des clubs dotés d’un centre de formation agréé sur les quatre disciplines les mieux intégrées au dispositif (football, rugby, handball, basketball) :
ž   61 des 64 clubs (95 %) de l’élite masculine sont dotés d’un centre de formation.
ž   13 des 24 clubs de l’élite féminine (54 %) sont dotés d’un centre de formation.
ž   29 des 54 clubs de la deuxième division professionnelle (L2, pro D2, Pro B) sont également dotés d’un centre de formation (53 %)

 *carte de France*

Exemple de la répartition géographique des CPCP des sports collectifs en France.
Le statut juridique des structures supports des centres de formation : ce sont des structures de formation rattachées préférentiellement aux associations :
·         84 structures associatives
·         46 sociétés supports
 
Des moyens financiers importants y sont investis dans les compétences des cadres techniques et des membres des staffs techniques. Le secteur de la préparation physique est une des compétences clés de ces structures.
Les enjeux de la qualité de la formation sont de plus en plus d’actualité : ce type d’investissement sera confirmé, et offrera de nouvelles perspectives d’emploi pour des diplomés en préparation physique.
Le changement de paradigme est en cours.
Quand un club de foot misait sur la formation il y a vingt ans (Nantes, Auxerre) il était de bon ton de dire que c’était par défaut, ne pouvant pas recruter des joueurs « extérieurs ».
Aujourd’hui les résultats des clubs qui investissent dans la formation de jeunes joueurs sont également ceux qui présentent des résultats, et de manière durable, voire même qui gagnent des titres, avec parfois des puissances de recrutement de stars très inférieures aux « grosses cylindrées ». Par exemple :
ž   Football = Montpellier champion de France 2012, plus de la moitié des contrats pro issus du CFC
ž   Basket = Nanterre champion de France 2013, club à moindre budget, qui a investi sur la qualité de sa formation
ž   Rubgy = Castres champion de France 2013, surprise du championnat, club notoirement impliqué dans la formation des jeunes
ž   Hand = Montpellier, multiples titres depuis 10 ans. Club qui investi beaucoup dans la qualité du recrutement, et dans l’accompagnement individuel des projets des jeunes au sein du club.
 

 
Les jeunes athlètes en formation dans ce structures doivent en effet bénéficier de suivis individualisés, avec les mêmes exigences que celles des structures labellisées PES. Leur carrière sportive dépend en effet pour beaucoup de la qualité du développement des qualités physiques intrinsèques et de l’intégration des fondamentaux liés à la gestion des charges de travail, à la récupération, à la connaissance de leurs propres capacités…

 * tableau des classes d'âges en CFC en fonction des disciplines*

La préparation physique avec de jeunes athlètes à projet sportif identifié demande de la pédagogie spécifique aux adolescents, de l’empathie, de l’expérience.
Pour travailler à terme sur les sportifs haut niveau en âge d’excellence, les sportifs de haut niveau titulaires du BPJEPS AGFF mention D pourront compléter leurs compétences par des certifications de niveau3 ou 2, en justifiant de solides expériences de terrain.
 

L’expertise du haut niveau au bénéfice des projets d’entraînement de jeunes athlètes

Certains athlètes de haut niveau ont pu essuyer des échecs, lors de reconversions antérieures, pour avoir négligé les exigences liées à la spécificité du métier d’animateur ou d’éducateur.
Faire est bien différent de faire faire.
Proposer dans le contexte exposé précedemment un BP JEPS AGFF à des athlètes de haut niveau, c’est bien sûr étendre leur propre champ de savoir faire.
C’est aussi mettre à la disposition de centres de remise en forme des compétences associées à une performance dans une discipline donnée.
C’est également l’occasion de renforcer les domaines de l’accueil, de la promotion, du conseil, de la gestion pour intégrer une dimension d’orientation sportive dans la perspective d’une pratique plus soutenue, voire de faire émerger le potentiel sportif de jeunes le cas échéant.
Ainsi, la structure employeur pourra renforcer les liens entre son activité et l’activité sportive de discipline dispensée dans les clubs sportifs de proximité.
Cet aspect laisse envisager une plus grande complicité entre les différents acteurs de la pratique sportive d’un territoire.
   


Ainsi des sportifs de HAUT NIVEAU aux compétences certivfiées BPJEPS AGFF mention D adaptée aux fondamentaux de la préparation physique va pouvoir intéressé plusieurs types d’employeurs :

  • ž   un centre de remise en forme, associatif ou privé,
  • ž   un centre de formation de club professionnel,
  • ž   un club cherchant la performance encadrée pour ses athlètes ou son équipe,
  • ž   une structure labellisée au PES d’une fédération sportive.

 ​

Référentiel professionnel

Les animateurs sportifs diplômés de niveau IV (BPJEPS AGFF, BEES HACUMESE, BEES METIERS DE LA FORME) exercent les métiers suivants :

  • animateur sportif en musculation
  • animateur sportif en fitness
  • coach sportif
  • préparateur physique

 
Les caractéristiques d’exercice de ces métiers sont les suivantes :
animateur sportif en musculation
Il/elle exerce principalement en tant que salarié en club de remise en forme. Il/elle a pour rôle principal d’animer et de surveiller les plateaux de musculation et cardio-training. Il/elle effectue généralement un nombre d’heures important au sein d’une même structure (15 à 35 heures). Sa rémunération horaire moyenne se situe entre 10 et 15 € bruts de l’heure. Il/elle participe également à la vie de la structure (accueil des adhérents, adhésions…). Il/elle exerce également en tant que salarié en associations, ou autres établissements (CE, thalasso, Mairies…) disposant d’un plateau musculation et cardio-training.
 
animateur sportif en fitness
Il/elle exerce principalement en tant que salarié en club de remise en forme. Il/elle a pour rôle principal d’animer les cours collectifs (STEP, LIA, Renforcement Musculaire, Stretching, Cours pré chorégraphiés) en parquet fitness. Il/elle effectue généralement un nombre d’heures relativement faible au sein d’une même structure (5 à 10 heures), il/elle dispose donc de plusieurs structures employeuses. Sa rémunération horaire moyenne se situe entre 18 et 30 € bruts de l’heure. Il/elle participe occasionnellement à la vie de la structure (accueil des adhérents, adhésions…). Il/elle exerce également en tant que salarié en associations, ou autres établissements (CE, thalasso, Mairies…) proposant des cours collectifs.
 
coach sportif*
Il/elle exerce en tant que travailleur indépendant (profession libérale ou auto entrepreneur)  selon 2 axes principaux : dispense de cours particuliers à domicile et dispense de cours particuliers en club de remise en forme, dans le cadre d’un partenariat. Il/elle a pour rôle principal d’animer des séances de musculation (dans des objectifs principaux de remise en forme) et également d’animer des cours de fitness (STEP, Renforcement Musculaire, Stretching). Les interventions concernent majoritairement 1 seul pratiquant. Dans certains cas, quelques pratiquants (2, 3, 4) se réunissent pour une même séance. Les pratiquants sont qualifiés de « clients ». Ces clients recherchent principalement un suivi personnalisé adapté à leurs objectifs. Ces objectifs sont principalement de type « remise en forme » retrouvé en club (perte de poids et prise de masse). Il/elle effectue 1 à 3 séances par semaine avec le même client. Ses honoraires horaires moyens se situent entre 50 et 80 € de l’heure. . Il/elle exerce également en tant que intervenant pour divers établissements (CE, thalasso, entreprises, hôtels…) proposant des séances de coaching individuel ou en petits groupes.
 
préparateur physique*
Il/elle exerce parfois en tant que salarié et parfois en tant qu’indépendant au sein d’un club sportif de compétition. Ces clubs sont des clubs de football, rugby, handball… mais également des structures concernant notamment des sports individuels : tennis, sport automobile, golf… Le préparateur physique a pour mission principale de suppléer l’entraîneur de la discipline concernée pour l’amélioration des qualités physiques des athlètes, dans un objectif de performance. Il/elle effectue des planifications de préparation physique, prépare et anime des séances de préparation physique en salle de musculation ou sur l’espace de pratique de la discipline (terrain de football, praticable de gymnastique, terrain de basketball…). Il/elle effectue généralement un nombre d’heures relativement faible au sein d’une même structure (5 à 15 heures), il/elle dispose donc de plusieurs structures employeuses. Sa rémunération horaire minimale se situe aux alentours de 20 € bruts de l’heure. La rémunération est fortement variable en fonction des structures employeuses, du club sportif amateur au club professionnel.

*Des problématiques concernant les « nouveaux métiers » : coach sportif et préparateur physique

Dans ces métiers dits «nouveaux», car en pleine expansion cette dernière décennie, il n’existe pas ou peu de règlementation, de structuration du marché, du métier et de la formation.
Entre le coach sportif animant de simples séances de renforcement musculaire à domicile et le coach sportif intervenant auprès d’un pratiquant à objectif santé (par exemple : poly arthrites, difficultés cardio vasculaires…), il n’existe pas de formation permettant un saut qualitatif : approfondissement de connaissances, de savoirs d’actions en fonction de ces situations complexes. 
Entre le préparateur physique intervenant auprès de quelques pratiquants dans un club amateur et le préparateur physique qui gère des athlètes professionnels d’une équipe de rugby (par exemple), il existe également un saut qualitatif en termes de compétences, qualité et pertinence d’intervention, et donc de professionnalisme.
Les témoignages des anciens diplômés BPJEPS AGFF démontrent que beaucoup d’entre eux exercent ces nouveaux métiers. Par contre, la plupart est en demande forte de formations supérieures permettant la professionnalisation de leurs interventions lors de situations complexes.
Le marché de l’offre de ces activités est multiforme. Les services et les produits se diversifient engendrant trois conséquences majeures sur l’organisation du travail de l’animateur :

- utilisation de machines de plus en plus sophistiquées et de nouvelles technologies.
- sollicitation sur des questions diététiques et de santé, autrement dit, de champs d’activités liés à l’esthétique et au soin du corps.
- faire face aux prises en charge de plus en plus personnalisées. Diversité des publics, aussi bien en âge qu’en pathologie, tel les obèses, les diabétiques qui sont de plus en plus orientés vers les pratiques sportives.


Fiche descriptive de l'activité

La fiche descriptive d’activités liste l’ensemble des activités conduites par les titulaires du brevet professionnel de la spécialité « activités gymniques, de la forme et de la force ».
Ces activités sont classées autour de deux fonctions non hiérarchisées :

-                Fonction conduite d’un projet d’animation.
-                Fonction participation à la vie, à l’organisation et à la gestion de la structure. 

Dans chaque fonction sont décrites :
Les activités conduites par tous les animateurs titulaires de la spécialité quelle que soit la situation professionnelle concernée.
Les activités spécifiques à chacun des 4 champs d’intervention suivants :

  • Activités gymniques Acrobatiques : Gymnastique au sol et aux agrès, trampoline, mini trampoline, tumbling, gymnastique acrobatique…
  • Activités Gymniques d’expression : Activités gymniques dansées avec ou sans engin (Gymnastique Rythmique, twirling bâton…),
  • Activités forme en cours collectifs : activités des cours collectifs, avec ou sans musique, de type :
-       Activités cardio-vasculaires  à partir de techniques telles que LIA, STEP, aérobic…
-       Activités de Renforcement et d’étirement musculaires

  • Activités Haltères-musculation et Forme sur plateau :
-       Activités de la musculation (machines, barres, haltères…),
-       Activités de cardio training (ergomètres…),
-       Activités de récupération (étirements, relaxation).

De ces activités seront dérivés les objectifs permettant de construire le référentiel de certification.
Au-delà des activités principales déclinées dans chaque fonction, d’autres activités pourront être développées, activités que l’animateur pourra être amené à réaliser tant en ce qui concerne les activités communes que celles qui sont spécifiques à chacun des 4 champs d’intervention.
 

A. Fonction conduite d’un projet d’animation

Il/Elle conduit un projet d’animation, de découverte, de perfectionnement et / ou d’initiation en encadrant des activités visant le maintien, l’entretien, le développement de la condition physique, le développement psychomoteur tout en assurant la protection des pratiquants et des tiers

A-a.      Il/Elle élabore
  •  Il/Elle prend en compte et analyse le contexte, les attentes de la structure et adapte son action aux contraintes de celle-ci,
  • Il/Elle identifie les caractéristiques des différents publics (petite enfance, enfants, adolescents, adultes, seniors en fonction du champ d’application),
  • Il/Elle analyse et prend en compte les attentes, les besoins, les capacités, le niveau, les motivations et la disponibilité du public et s’adapte à leur demande pour définir les objectifs de son action,
  • Il/Elle élabore une progression ou un programme,
  • Il/Elle hiérarchise les tâches préalables à la mise en place de l’action pédagogique et en définit les moyens (choix de l’activité, des méthodes, des outils…),
  • Il/Elle prévoit les modalités, critères et outils d’évaluation de son action d’animation ou d’activités,
  • Il/Elle prévoit les temps de bilan avec les pratiquants,
  • Il/Elle prévoit un programme de rechange ou de substitution,
  • Il/Elle prend en compte les caractéristiques de l’équipe d’encadrement,
  • Il/Elle définit les objectifs de la séance en les adaptant aux publics,
  • Il/Elle prépare sa séance en tenant compte des caractéristiques du public et du projet de la structure en choisissant des organisations pédagogiques adaptées,
  • Il/Elle justifie le choix des exercices, méthodes et techniques par ses connaissances.

 Activités qu’il/elle peut être amené(e) à réaliser :

- participer à la création d’outils nécessaires à la programmation d’un cycle de préparation physique et à son évaluation.

A-b.      Il ou elle réalise
  • Il/Elle accueille et prend en charge les personnes et les met en situation,
  • Il/Elle utilise des organisations pédagogiques adaptées,
  • Il/Elle aménage et gère ses espaces de pratique,
  • Il/Elle utilise les méthodes et les outils adaptés à son action,
  • Il/Elle présente l’objectif et le thème de la séance,
  • Il/Elle donne des consignes de placement, de respiration et d’exécution des différents exercices utilisés,
  • Il/Elle explicite les techniques,
  • Il/Elle s’adapte aux capacités des pratiquants,
  • Il/Elle quantifie les exercices,
  • Il/Elle fait ressentir les exercices de façon variée et adaptée,
  • Il/Elle utilise et maîtrise les gestes et les techniques nécessaires,
  • Il/Elle utilise différents canaux de communication : verbal, gestuel,
  • Il/Elle met en place un échauffement adapté au public et à la séance,
  • Il/Elle met en place un retour au calme adapté au public et aux objectifs de la séance,
  • Il/Elle observe les pratiquants, régule les situations et apporte les corrections nécessaires,
  • Il/Elle s’adapte en temps réel aux situations imprévues et propose les aménagements nécessaires,
  • Il/Elle varie les séances et fait preuve d’originalité,
  • Il/Elle gère un groupe qui peut être hétérogène,
  • Il/Elle initie le public aux différentes techniques,
  • Il/Elle implique les pratiquants dans la réalisation de son action,
  • Il/Elle est attentif au placement corporel,
  • Il/Elle gère le temps et l’espace et informe régulièrement les pratiquants,
  • Il/Elle propose des séances structurées,
  • Il/Elle favorise l’écoute réciproque,
  • Il/Elle prend en compte les questions et les propositions des personnes qu’il/elle a en charge,
  • Il/Elle crée un climat de confiance,
  • Il/Elle s’exprime de manière à être compris(e) de tous,
  • Il/Elle fonctionne en interactivité avec son public,
  • Il/Elle établit une relation positive avec les pratiquants,
  • Il/Elle utilise et maîtrise les outils d’évaluation mis à sa disposition.

 Activités qu’il/elle peut être amené(e) à réaliser :

- coordonner l'action de personnes bénévoles ou non qui l’assistent et ou qui participent à la mise en œuvre du projet,
-  utiliser une langue étrangère.

 
Aux activités conduites par tous les animateurs, quelle que soit la situation professionnelle concernée, s’ajoutent les activités spécifiques suivantes :

  • Pour les activités de forme en cours collectifs

-       Il/Elle choisit ses musiques et les utilise à bon escient,
-       Il/Elle travaille sur la relation musique mouvement,
-       Il/Elle organise ses enchaînements d’exercice de façon fluide (gestion des transitions et de la séance dans son ensemble).
 Activités qu’il/elle peut être amené(e) à réaliser :
-       Il/Elle peut être amené(e) à individualiser une séquence de travail,
-       Il/Elle peut être amené(e) à travailler sur le relief musical,
-       Il/Elle peut être amené(e) à réaliser des montages audio à partir de produits existants sur le marché.

  • Pour l’activité Haltère-Musculation et Forme sur plateau :

-       Il/Elle choisit le programme standard adapté à la situation,
-       Il/Elle utilise et maîtrise les outils technologiques et informatiques (ergomètres, logiciels…) mis à sa disposition,
-       Il/Elle individualise une séquence de travail,
-       Il/Elle effectue des bilans d’état de forme (tests).
 Activités qu’il/elle peut être amené(e) à réaliser :

- construire des programmes personnalisés de préparation physique.

A-c.       Il ou elle évalue et rend compte de son action et de son projet d’animation
  • Il/Elle évalue son action dans le cadre du projet :
    • Il/Elle évalue les effets de son action (les acquis, la progression des personnes…) selon des critères préalablement définis,
    • Il/Elle évalue la satisfaction des personnes.
  • Il/Elle propose d’éventuelles modifications, réajustements destinés aux pratiquants,
  • Il/Elle identifie les pratiquants en difficulté,
  • Il/Elle établit le bilan de son projet et en rend compte au responsable de la structure,
  • Il/Elle propose à son employeur des évolutions concernant l’amélioration des prestations,
  • Il/Elle évalue la qualité des rapports humains au sein de la structure.

 Activités qu’il/elle peut être amené(e) à réaliser :

-  élaborer un outil d’évaluation.

 
Aux activités conduites par tous les animateurs, quelle que soit la situation professionnelle concernée, s’ajoutent les activités spécifiques suivantes :

  • Pour l’activité Haltère-Musculation et Forme sur plateau :

-       Il/Elle renseigne des documents-bilan destinés aux clients, pratiquants ou usagers,
-       Il/Elle répond aux questions des pratiquants concernant leur programme.

A-d.      Il ou elle développe des activités relatives à la gestion de la sécurité

-       Il/Elle connaît les obligations légales et les règles de sécurité et les réactualise.

 En direction du public
-       Il/Elle garantit l’intégrité des personnes en prenant en considération l’état physique et psychologique du client, usager ou pratiquant (certificat médical, entretien …),
-       Il/Elle propose des activités adaptées et les met en œuvre en respectant le niveau des pratiquants (il gère l’intensité, la durée, la récupération…),
-       Il/Elle émet, respecte et fait respecter les normes d’exécution des exercices,
-       Il/Elle intervient de manière adaptée en cas d’accident ou de malaise d’une personne (gestes de premiers secours),
-       Il/Elle conseille les pratiquants pour les équipements personnels,
-       Il/Elle informe les pratiquants des règles d’hygiène et de sécurité,
-       Il/Elle respecte et fait respecter les consignes d’hygiène et de sécurité,
-       Il/Elle identifie les personnes en difficulté et adapte son action,
-       Il/Elle lutte contre la violence et les incivilités dans la structure qui l’emploie,
-       Il/Elle identifie les comportements à risques, les prévient et les signale,
-       Il/Elle repère les situations conflictuelles et les régule,
-       Il/Elle fait respecter une éthique et une déontologie dans la structure.
 En direction du matériel
-       Il/Elle recense et vérifie le bon état du matériel et son adéquation à l’activité, aux publics et à la réglementation en vigueur,
-       Il/Elle connaît et vérifie l’état du matériel de premiers secours,
-       Il/Elle sécurise son espace de pratique,
-       Il/Elle veille à une utilisation sécuritaire du matériel,
-       Il/Elle veille au respect des conditions d’utilisation des espaces de pratique,
-       Il/Elle gère les relations avec d’autres utilisateurs des mêmes espaces.
 En direction de lui-même
-       Il/Elle gère son stress et sa fatigue,
-       Il/Elle se conduit en professionnel vis-à-vis des pratiquants,
-       Il/Elle surveille son état de forme et veille à préserver son intégrité physique.
 Activités qu’il/elle peut être amené à réaliser :

- entretenir le matériel et tenir à jour le cahier de maintenance,
-  prodiguer des conseils relatifs à l’alimentation et l’hygiène de vie.

A-e.     Il ou elle entretient son niveau de pratique personnelle


B. Fonction participation à la vie, à l’organisation et à la gestion de la structure

L’animateur des « activités gymniques de la forme et de la force » participe au fonctionnement, à la gestion et au développement de la structure dans le cadre du projet global, des objectifs de la structure et des responsabilités qui lui sont confiées compte tenu des publics visés.

B-a.      Il ou elle  participe à l’organisation du fonctionnement :
  • Il/Elle participe à l’organisation du travail,
  • Il/Elle participe à la programmation et à la planification des activités,
  • Il/Elle participe aux diverses réunions de la structure.

 Activités qu’il ou elle  peut être amené à réaliser :

- participer à l’organisation d’événements : spectacles, compétitions, déplacements… (moyens, hébergement, restauration),
- effectuer des démarches auprès d’organismes ou de services (Etat, commune, comité d’entreprise…),
- contribuer à la création de produits,
- participer à la gestion des stocks et à la vente de produits annexes,
- participer à la tenue des différents registres ouverts dans la structure (cahier de caisse journalier, fichier clients, usagers, licenciés…),
- animer des réunions.

B-b.      Il ou elle participe à l’accueil et à l’orientation du public dans la structure
  • Il/Elle accueille les nouveaux adhérents,
  • Il/Elle fait visiter la structure,
  • Il/Elle présente l’objet et les prestations de la structure,
  • Il/Elle conseille les adhérents dans le choix des prestations en tenant compte des caractéristiques du public et de la structure,
  • Il/Elle interroge pour affiner la demande,
  • Il/Elle personnalise la réponse,
  • Il/Elle conseille le pratiquant,
  • Il/Elle utilise des documents d’information à transmettre aux pratiquants pour la réussite de l’action,
  • Il/Elle diffuse les informations concernant ses activités et les actualise,
  • Il/Elle se documente et collecte les informations

Activités qu’il ou elle peut être amené(e) à réaliser :

- participer à l’élaboration du dispositif d’accueil,
- répondre au téléphone, prendre des messages et en rendre compte.

B-c.     Il ou elle participe à l’administration sous la responsabilité de son employeur
  • Il/Elle renseigne les déclarations d’accident.

Activités qu’il /elle peut être amené(e) à réaliser :

- vérifier les éléments du dossier d’inscription,
- renseigner les documents administratifs et les vérifie,
- exécuter des tâches de saisie,
- utiliser divers moyens techniques (tel, courriel, fax...).

B-d.      Il ou elle participe au développement et à la gestion de la structure
  • Il/Elle participe à la promotion des différentes prestations de la structure,
  • l/Elle se tient informé(e) des évolutions du secteur et de son activité,
  • Il/Elle conseille sur l’aménagement des zones de pratique,
  • Il/Elle formule des propositions de développement,
  • Il/Elle valorise l’image de la structure,
  • Il/Elle participe à la fidélisation de la clientèle, usager ou licencié,
  • Il/Elle s’adapte à des pratiques nouvelles,
  • Il/Elle actualise régulièrement ses connaissances et développe de nouvelles compétences,
  • Il/Elle propose à son employeur des évolutions concernant l’amélioration des prestations et des produits.

 Activités qu’il /elle peut être amené(e) à réaliser :

-proposer des solutions d’aménagement et d’achat d’équipement,
- développer un secteur d’activités ou à prendre une responsabilité dans une action particulière au sein de la structure (sécurité, accueil, hygiène…),
- négocier avec des fournisseurs,
- faciliter l’action des bénévoles,
- réactualiser des documents d’information à transmettre aux pratiquants pour la réussite de l’action,
- mettre à jour un site Internet et à le présenter aux clients,
- préparer et animer un évènement (stand, journée portes ouvertes, participation à un salon…),
- préparer des éléments d’informations pour les médias (interview…),
- utiliser les nouvelles technologies de communication,
- rédiger des messages à caractère promotionnel (affiches pour présenter une nouvelle activité ou évènement dans la vie du club…).


B-e.    Il ou elle peut assurer des activités de tutorat des personnels en formation professionnelle dans la structure conformément à la législation en vigueur

 
Activités qu’il ou elle peut être amené(e) à réaliser dans le cas où il ou elle est travailleur indépendant :

- élaborer un projet suite à une étude de marché,
- choisir le statut juridique de son activité,
- établir une déclaration d’exercice,
- élaborer un budget annuel,
-  gérer le budget d’une activité,
-  estimer le coût d’une prestation,
-  fixer le prix de vente d’une prestation en fonction de l’offre et de la demande, de la concurrence, en tenant compte de la notion de rentabilité,
-  émettre des factures et/ou des notes d’honoraires,
-  cibler un type de clientèle,
-  prospecter un nouveau public,
- effectuer un suivi de clientèle,
-  effectuer un suivi administratif de son activité (assurance, statut social…),
-  collecter les documents comptables et financiers permettant la tenue d’une comptabilité,
-  définir sa stratégie de promotion et de commercialisation de ses produits,
-  prendre contact et à travailler avec les différentes administrations pour mener à bien son projet.


Processus d'évaluation

Modalités des évaluations certificatives
Nous proposons 3 phases d’évaluation certificative
·         Phase d’évaluation n°1 en Avril 2015 permettant de délivrer l’UC 9
·         Phase d’évaluation n°2 en Juin 2015 permettant de délivrer les UC 5-6-7-8
·         Phase d’évaluation n°3 en Juillet 2015 permettant de délivrer l’UC 1-2-3-4-10 (jury régional)
 
Les certifications des différentes unités de compétences.

Epreuve 1 : Unité capitalisable UC 9

UC 9 : EC de maîtriser les outils ou techniques des activités « Haltères-musculation et forme sur plateau »
L’épreuve se déroulera en trois temps.
1.       REPRODUIRE
Le premier temps est destiné à la reproduction d’une séance « Haltères-musculation et forme sur plateau » présentée par un expert, qui durera 1 heure et qui permettra de vérifier que les candidats ont un niveau technique et physique satisfaisant.
2.       DEMONTRER
Dans un deuxième temps le candidat tirera au sort un enchainement de mouvement en musculation à présenter et qui permettra de vérifier la gestuelle technique. L’épreuve n’excédera pas 10 minutes et s’inspirera d’un répertoire technique relatif aux activités d’haltérophilie, de musculation.
3.       EXPLIQUER
Dans un troisième temps le candidat devra dans un entretien (15 minutes) revenir sur les éléments qui composent son enchainement et plus largement les techniques des activités gymniques de forme et de force au travers de l’analyse technique de mouvement de renforcement et d’étirement.
Nous vérifierons la compétence du candidat à:
- produire une prestation personnelle en relation avec le respect du placement corporel et le mouvement à produire
- exprimer au sein d’un enchainement les différentes qualités physiques.
- maitriser l’exécution des mouvements y compris en situation de fatigue physique.
- connaître et exploiter les différentes composantes du mouvement
 
Cette épreuve devra faire la preuve de l’aptitude du stagiaire à maitriser et expliquer les techniques des activités gymniques de forme en cours collectifs mention « Haltères-musculation et forme sur plateau ».
 
Cette évaluation se fera du XXX au XXX.
L’épreuve de rattrapage se fera du XXX au XXX.
 

Epreuve 2 : Unités capitalisables 5, 6, 7 & 8

UC 5 : EC de préparer une action d’animation dans le cadre des activités de gymnastique, de forme et de force.
UC 6 : EC d’encadrer une personne ou un groupe dans le cadre d’une action d’animation utilisant des activités de gymnastique, de forme et de force.
UC 7 : EC de mobiliser les connaissances nécessaire à la conduite des activités professionnelles des activités « Haltères – musculation et forme sur plateau ».
UC 8 : EC de conduire une action éducative des activités « Haltères – musculation et forme sur plateau ».
 
L’épreuve consistera à élaborer et conduire deux séances d’animation en situation professionnelle. L’une sur la thématique « Forme sur plateau » avec une dominante cardio vasculaire. L’autre sur la thématique « Haltère-musculation ». L’élaboration de ces deux séances valideront les UC 5, les séances permettront de valider les UC 6 et 8, enfin les oraux permettront de valider l’UC 7.
Ces séances devront s’inscrire dans le cadre d’un cycle.
Chaque épreuve permettra d’évaluer les compétences suivantes :
-Etre capable de mobiliser les connaissances pour encadrer un groupe.
-Etre de capable de conduire une séance d’animation en toute sécurité.
-Etre capable d’élaborer et conduire une animation adaptée au public.
-Etre capable d’utiliser des méthodes pédagogiques différentes et adaptées aux situations.
-Etre capable de pratiquer et de démontrer des gestes techniques dans les activités de gymnastiques, de forme et de force mention Haltères-musculation et forme sur plateau.
-Etre capable de se référer à un cadre réglementaire.
-Etre capable d’utiliser ses connaissances générales et scientifiques dans la pratique des activités de gymnastique, de forme et de force.
 
Cette évaluation se fera en situation d’activité professionnelle lors de la semaine du XXX au XXX.
L’épreuve de rattrapage se fera du XXX au XXX.
 

Epreuve 3 : Unité capitalisable 1, 2, 3, 4 & 10

UC 1 : EC de communiquer dans les situations de la vie professionnelle.
UC 2 : EC de prendre en compte les caractéristiques des publics pour préparer une action éducative.
UC 3 : EC de préparer un projet ainsi que son évaluation.
UC 4 : EC de participer au fonctionnement de la structure.
UC 10 : EC de prendre en compte par les activités physiques générales ou de la force les principaux facteurs qui affectent  le niveau de performance, de bien être et de santé.
 
L’épreuve est une présentation orale qui se fera à partir de la rédaction d’un rapport écrit (d’une vingtaine de pages) en deux parties :
La première va décrire et analyser une structure d’accueil dans laquelle le stagiaire est en alternance.
Nous devrions vérifier la compétence du stagiaire sur :
-Le cadre institutionnel de la structure
-Le fonctionnement
-Les acteurs (direction, administratifs, animateurs…)
-Les publics accueillis
-Les différentes activités proposées.
-La place et les fonctions du stagiaire dans cette structure.
-L’implication du stagiaire dans le fonctionnement de la structure (participation ou organisation d’une réunion, d’une AG…)
La deuxième va nous permettre de vérifier la compétence du stagiaire à :
-Elaborer et conduire un vrai projet selon la démarche de projet
-Placer son animation dans le cadre des objectifs de l’entreprise
-Inscrire son animation dans un objectif de développement de la préparation physique
-Adapter celle-ci aux caractéristiques du public
-Tenir compte du contexte de la structure (moyens humains, financiers, matériels, publics).
Nous devrions vérifier la compétence du stagiaire à :
-Placer son animation dans le cadre des objectifs de l’entreprise
-Elaborer et conduire un vrai projet selon la démarche de projet
-Inscrire son animation dans un objectif de développement de la préparation physique
-Adapter celle-ci aux caractéristiques du public
-Tenir compte du contexte de la structure (moyens humains, financiers, matériels, publics)
-Produire des actes et documents de communication écrites et orales promotionnant avec efficacité son projet.
 
Cette évaluation se fera le XXX.
L’épreuve de rattrapage se fera le XXX.


sélection des candidats

1 - Epreuve écrite

Durée de l’épreuve : 2h.
 Cette épreuve permet d'évaluer chez le candidat visant une qualification professionnelle de niveau IV les capacités :

  • 5  à développer des connaissances en relation avec une pratique sportive,
  • 5  à témoigner de son propre parcours d’athlète,
  • 5  à exposer des connaissances spécifiques à la pratique d’un sport en compétition,
  • 5  à rédiger un exposé structuré et argumenté,
  • 5  à proposer une planification annuelle (éléments clés) liée au développement d’une qualité physique.

2 - Epreuve orale

Durée de l’épreuve : 30 mn dont 10 mn d’exposé du candidat et 20 mn d’entretien avec le jury.
 Cette épreuve permet d'évaluer chez le candidat visant une qualification professionnelle de niveau IV les capacités :

  •  à faire preuve d’écoute,
  •  à s’exprimer clairement,
  • à mettre en place des situations pédagogiques en toute sécurité,
  • à exploiter un vécu d’athlète de haut niveau au bénéfice des compétences spécifiques à développer,
  • à s'engager dans la formation au regard de son projet professionnel et de son expérience dans une activité



​organisation du positionnement

APPRECIATION DR : Pertinence des modalités d'organisation du positionnement, des modalités d'élaboration des parcours individualisés et des modalités de mise en place de situations d'évaluation certificative, notamment pour les personnes bénéficiant d'allégements ou de dispense

Le positionnement fait partie intégrante de la formation.
Il a pour objectif de proposer au stagiaire un parcours individualisé de formation en lui permettant de :

  • Connaître le métier et les compétences visées
  • Mesurer l’écart entre les acquis antérieurs et les compétences à acquérir
  • Se responsabiliser dans son parcours de formation
  • Formaliser le parcours le plus efficient pour atteindre ses objectifs
  • Développer ses capacités d’autoévaluation et d’analyse de sa pratique
  • D’identifier le projet professionnel du candidat et la cohérence de son projet au regard notamment de ses motivations et aspirations,
  • D’élaborer, pour chaque candidat, un plan individualisé de formation, d’identifier ses expériences et acquis autorisant des allègements de formation

Il comprend :

  • Un temps d’appropriation du référentiel de certification et des modalités des épreuves.
  • Une séquence d’animation
  • Une séquence d’autoévaluation par le stagiaire s’appuyant sur des outils

 Celui-ci débutera par un dossier de positionnement initial qui sera déposé au moment de l’inscription
Lors de la journée de sélection, le candidat devra remplir le dossier d’autoélavuation. Il constiutue une aide à l’élaboration du parcours individualisé de formation .
Enfin le candidat suivra lors de la journée de sélection un entretien semi-dirigé avec le jury comprenant deux parties :

  • Phase d’exposé du candidat 10 mn maximum : A partir du dossier rendant compte du son projet personnel et professionnel, le candidat fait une analyse des points forts mais aussi des limites de son expérience lui permettant une auto-évaluation de sa pratique.
  • Phase d’entretien 20mn : Sur la base d’un entretien d’explicitation le jury  amène le candidat à reformuler et à décrire sa pratique professionnelle ou bénévole lui permettant de mettre en évidence les acquis de son expérience et les objectifs de formation à poursuivre. A l’issue de cette phase d’entretien le jury proposera au candidat un parcours individualisé de formation. 



​​organisation pédagogique détaillée

APPRECIATION DRJSCS : Durée minimale de 600 heures pour une formation en centre par la voie initiale

APPRECIATION DR : Adaptation de l'organisation pédagogique de la formation au regard des profils des stagiaires concernés.

APPRECIATION DR : Intégration au sein de la formation d'une démarche d'éducation à l'environnement vers le développement durable.


Description de la formation dispensée en centre et en entreprise, en lien avec les référentiels professionnel et de certification


Existence d'entreprises susceptibles d'accueillir les stagiaires pour les mises en situation pédagogique et pertinence des modalités d'organisation et de suivi de l'alternance



attestation de la formation suivie par le responsable pédagogique

L’organisme de formation doit posséder au moins une personne, responsable pédagogique de la mise en œuvre de chaque formation préparant à une spécialité du BP, ayant suivi le cycle de formation relative à la méthodologie du dispositif en unités capitalisables ou reconnue compétente dans ladite méthodologie (Article A 212-21 du code du sport). 

qualification des formateurs et des tuteurs

La liste des intervenants possibles est constituée par les entraîneurs des pôles ainsi que les spécialistes des thématiques concernées :

  • ABRANT Guillaume
  • AUDET  Valérie
  • BAPTISTE Anthony
  • BEDARD Eric
  • BOURREL Nicolas
  • DELAGE Cécilia
  • DISTINGUIN Francis
  • FRONTIER Frédéric
  • GOLLIN Myrtille
  • GUEZENNEC Yannick
  • HARDELIN Daniel
  • LADEVEZE Isabelle
  • MARTINEZ Richard
  • MATTHIEU Ludovic
  • MAURELLI Olivier
  • OKEL Marie-Chrisine
  • PARIETTI Bruno
  • PLANA Didier
  • RIFF Anne
  • RIFF Michel
  • RIMETZ Sébastien
  • RISPOLI Marc
  • VACHER Guillaume
  • VALCARCEL Gaëlle
+ Vacataires

organisme de formation

CREPS Montpellier

APPRECIATION DR : Adéquation des moyens humains, financiers et des équipements de l'organisme de formation à la mise en oeuvre de sessions.


APPRECIATION DR : Adaptation des financements prévus au regard des différents publics des stagiaires accueillis

Nom de l’organisme de formation :

Centre de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportive. CREPS.
2, Avenue Charles Flahault – 34090 Montpellier
O4.67.61.05.22        fax : 04.67.52.37.51

Centre de formation :

CREPS Languedoc-Roussillon
2, avenue Charles Flahault – 34090 Montpellier
04.67.61.05.22       
direction@creps-montpellier.sports.gouv.fr

N°d’enregistrement de la déclaration d’activité en tant que prestataire de formation
9134PO74634

Directeur du centre de formation : M. MANSUY Frédéric
Responsable pédagogique de la formation : Monsieur Francis DISTINGUIN –Francis.distinguin@creps-montpellier.sports.gouv.fr

Diplôme et spécialité préparée : BPJEPS spécialité
Mention : force

Date de demande d’habilitation à la DRDJS de Montpellier :  XXX
 Date limite de dépôt du dossier d’inscription : AOUT 2014
Date du test de sélection et vérification des exigences préalables : OCTOBRE 2014
Date du positionnement : NOVEMBRE 2014
Date du début de la formation : DECEMBRE 2014
Date de fin de formation : SEPTEMBRE 2015
Nombre de places sollicitées : 12 MAXIMUM

 
 
 
 
A  Montpellier,  Le 
 
+ Signature du responsable de l’organisme de formation

Salles de cours
T1
T2
Salle vie de l'athlète

​Installations sportives
InstallationCaractéristiques techniquesActivitésDescription
Halle des sportsGrand gymnase type C
42 x25 m
sports collectifs, danse, arts martiaux, judo​La salle dispose de larges tribunes pouvant accueillir plusieurs centaines de spectateurs. Placée à proximité de la salle de musculation.
PiscinesPiscine de 50m 6 couloirs
​Piscine de 25m 4 couloirs
natation , aquagym
​Piste d'athlétisme​Aire centrale gazonnée arrosée 9 200 m²
Piste d'athlétisme de 400 m de 8 couloirs de 100 m
course de fond, interval training, sprintUtilisable de mars à décembre
Salle de Lutte​Tapis de 24 m / 18m
2 grands cercles olympiques 3 cercles initiation
sports de compat, cardio training, danseSurface de 420 m²
​Espace équipé d’appareils de préparation physique (sport de combat)
Salle de musculationCardio training :
3 rameurs concept II,1 tapis de course vitesse max 32 km/h, pente déclinée et inclinée, 3 eliptiques, 3 velos à console, 11 bikes, 1 winch
40 machines, Barres Olympiques, Haltères de 500 g à 30 kg, Disques de 500 g à 25 Kg, Kettlebell Matériels de prépa physique générale. ​Machine pneumatique Keiser (Ait Squat – Functionnal trainer – cage squat )
Musculation, cardio training, préparation physique​Salle récente, équipée d'un matériel de haute technicité (étage cardio-training, plateau musculation, parterre haltérophilie, matériel de préparation physique), Elle s'adapte aussi bien aux métiers de la forme qu'à la musculation des sportifs des pôles. 
Une salle de 9,50 sur 29.70 = 282 m² incluant un parterre d’haltérophilie de 9.5m x 9.5m
Salles climatisées et sonorisées et baies vitrées … 
Salle d'haltérophilieMachines = ​Musculation, haltérophilie, cardio training, préparation physiqueParterre d’haltérophilie de sur l'ensemble de la surface (9.5m x 9.5m)
Salle rénovée adaptée à tous les mouvements d'haltérophilie.
Centre de récupérationbain froid, sauna, douchesRécupération physique, relaxationunité de récupération rénovée
​Parcours de course d'orientationcircuit fixe, cartes IGNCardiotraining, course, proprioception, animationutilisation d'avril à novembre 
​Pistes de ski nordiquePréparation physiqueutilisation 4 mois de janvier à avril

suivi de l'insertion professionnelle​

Modalités de suivi de l’insertion professionnelle
 Bilan de l’insertion professionnelle à l’issue de la formation
Lors du positionnement le stagiaire était invité à émettre ses perspectives d’emplois ou fournir des attestations d’emplois déjà occupés ou en perspectives.
A l’issue de la formation, le centre  fera un point pour chacun des stagiaires au regard des perspectives émises lors du positionnement et de la réalité professionnelle à l issue de la formation.
 
 Modalités du suivi professionnel post-formation
Le secrétariat administratif sera chargé d’assurer un suivi post-formation concernant le devenir professionnel des stagiaires durant 2 ans à partir de la fin de la formation.
Tous les 6 mois, le secrétariat administratif fera parvenir au stagiaire un document type permettant de consigner les informations relatives à son activité post-formation. 

DOCUMENT DE LIAISON
Que devenez-vous ?
Le Creps de Montpellier soucieux de l’insertion professionnelle des stagiaires ayant suivi une formation dans l’établissement souhaiterait connaitre quelques éléments vous concernant.
Pourriez-vous nous accorder un instant pour répondre à quelques questions en remplissant le document ci-joint, et le faire parvenir à :

Creps de Montpellier Languedoc Roussillon – 2, Avenue Charles Flahault – 34090 Montpellier –

 
NOM Prénom ……………………………………………………………….……………………………..………………………
 
Adresse ………………………………………………………………………….……………………………………………………
               ……………………………………………………………………………..…………………………………………………
Code Postal ………………………………   Ville ……………………………………………………..…………………………
 
Téléphone ……………………….………..   Email                                                 @
 
Téléphone mobile ………………………………………………………………………………………………………………..
 
Durant la session, vous avez suivi, au sein du CREPS de Montpellier, une formation au BPAGFF mention D
Oui   /   Non
 
Avez-vous actuellement un emploi ?
Oui   /   Non

 
Si OUI
Nom ou raison sociale de l’établissement employeur : ………………………………….…………………………………….………..……..…
Adresse : ……………………………………………………….………………………………………………………………………………………………………...
Poste occupé :

  •   Agriculteur, exploitant
  •   Artisan, commerçant, chef d’entreprise
  •   Cadre, profession intellectuelle (ingénieur…)
  •   Employé
  •   Ouvrier qualifié
  •   Profession intermédiaire (Technicien, agent de maîtrise, cadre moyen…)
  •   Autre, précisez

……………………………………………………………
Nature de l’emploi :
Sport
Jeunesse Education Populaire
Mixte (les 2 ci-dessus)
Emploi dans un autre domaine (précisez)
……………………………………………………………….
 
Type de contrat

  •   A durée indéterminée
  •   À durée déterminée
  •   Contrat de professionnalisation
  •   Contrat d’apprentissage
  •   Contrat d’avenir
  •   Intérim
  •   Autre, précisez

Date d’entrée ……………………………………………………….....
□ > 6 mois                  □ < 6 mois
Début ………………………………...Fin ……………………………….
Début ………………………………...Fin ……………………………….
Début ………………………………...Fin ……………………………….
 
……………………………..……………………………………………………
 
Comment avez-vous trouvé cet emploi ? ………………………………………………….………………………………………………………….……………………………………………………
………………………………………………………………….……………………………………………..…………………………………………………
 
Si NON
Etes-vous inscrit(e) à Pole Emploi ?                            Oui            Depuis quand ? …………………………………
Non
 
Etes-vous retourné en formation ?                        Oui  /  Non
Si oui : De quelle formation s’agit-il ? ………………………………………..….  Niveau V ?    IV ?     III ?     II ?     I ?
 
Quel est l’organisme formateur ? ……………………………………………………………………………………………………….…
 
Durée de la formation :…………………………………………………………………………………………………………….……………
 
Début de formation : ………………….…….……………...……...………
 
Fin de formation : …………………………..……………….…………………
 
 
Envisagez-vous une autre formation ?                   Oui  /  Non
Si oui : Laquelle ? …………………………………………………………………………………………………………………………………………….
 
Quelles remarques pouvez-vous faire quant à la formation qui vous a été dispensée, par rapport à votre situation actuelle ?
………………………………………………….………………………………………………………….……………………………………………………
………………………………………………….………………………………………………………….……………………………………………………
………………………………………………………………….……………………………………………..…………………………………………………
………………………………………………………………….……………………………………………..…………………………………………………


Les différentes mentions

BP JEPS AGFF mention C – Activités gymniques de la forme et de la force – Forme en cours collectifs
BP JEPS AGFF mention D – Activités gymniques de la forme et de la force – Haltère musculation et forme sur plateau*
BP JEPS AGFF mention C et D – Activités gymniques de la forme et de la force – Cours collectifs et musculation

*Cette mention conviendrait le mieux au contexte qui nous intéresse.


Architecture d'une formation BPJEPS


Le diplôme BP est obtenu par la capitalisation de 10 unités.

  • Les quatre unités capitalisables communes à toutes les spécialités :

UC 1 : être capable de communiquer dans les situations de la vie professionnelle ;
UC 2 : être capable de prendre en compte les caractéristiques des publics pour préparer une action
éducative ;
UC 3 : être capable de préparer un projet ainsi que son évaluation ;
UC 4 : être capable de participer au fonctionnement de la structure.

  • Les unités capitalisables génériques de la spécialité « activités gymniques de la forme et de la force» :

UC 5 : être capable de préparer une action d'animation dans le cadre «activités gymniques, de la
forme et de la force » ;
UC 6 : être capable d'encadrer une personne ou un groupe dans le cadre d’une action d’animation
utilisant des « activités gymniques, de la forme et de la force ».

  • Unités capitalisables spécifiques à la mention choisie :

UC 7 : EC de mobiliser les connaissances nécessaires à la conduite des activités professionnelles
dans le domaine de la mention choisie ;
UC 8 : EC de conduire une action éducative dans les activités liées à la mention choisie ;
UC 9 : Maîtriser les outils ou techniques des activités liées à la mention choisie.
UC 10 : Unité capitalisable d'adaptation à l'emploi.

Résumé descriptif de la certification RNCP ...

UC 10 - adaptation à l'emploi

La volonté de proposer une formation AGFF à des sportifs de HN en formation en pôle est de les amener à développer des compétences d'animation et d'encadrement de publics qu'ils ne rencontrent pas pendant leur carrière sportive, ainsi que de renforcer le corpus pédagogique liés aux fondamentaux de la préparation physique.
Couplées à un diplôme fédéral, ces compétences permettront d'optimiser une éventuelle reconversion dans les métiers liés à la thématique de la préparation physique.


La fiche descriptive d’activités liste l’ensemble des activités conduites par le stagiaire engagé dans la formation relative à l’UC 10 :
 
« Etre capable de construire une préparation physique généralisée en accompagnement d’un projet d'entraînement d'un jeune athlète.»
 
Ces activités se déclinent autour de deux fonctions principales :
1.      Identifier les qualités physiques d’un jeune athlète et leur degré de développement,
2.      Mettre en œuvre une préparation physique en accompagnement d’un plan d’entraînement.
 
Au-delà des activités principales déclinées dans chaque fonction, d’autres activités que l’animateur peut être amené à réaliser, sont développées.
 En amont de l’action
Il/Elle organise une veille documentale des méthodes de travail utilisées et expérimentales en préparation physique générale,
Il/Elle prend en compte et analyse les attentes d’un athlète,
Il/Elle identifie les caractéristiques de la discipline sportive de l’athlète, des exigences de la structure d’entraînement,
Il/Elle élabore un support de travail pédagogique standardisé permettant la mise en place et le suivi du développement des qualités physiques,
Il/Elle hiérarchise les tâches liées à la mise en place du plan d’entraînement en lien avec l’entraîneur,
Il/Elle prévoit les outils et critères d’évaluation adaptés à l’athlète et à sa discipline sportive,
Il/Elle prévoit un temps de bilan avec le pratiquant, avec son entraîneur et avec son environnement familial,
Il/Elle définit les objectifs de séances individualisés.
 Pendant l’action
Il/Elle individualise le support pédagogique standardisé au type de pratiquant concerné,
Il/Elle présente le contenu pédagogique et ses modalités de réalisation,
Il/Elle s’assure de la qualité du travail réalisé et de la sécurité (contrôles posturaux),
Il/Elle sensibilise le pratiquant à exprimer/formaliser son ressenti pendant la séance,
Il/Elle sensibilise le pratiquant à s’hydrater à se nourrir et à s’équiper en fonction du travail demandé,
Il/Elle explique à l’athlète comment devenir acteur de son développement,
Il/Elle explique au pratiquant comment ressentir physiquement les efforts,
Il/Elle annote un carnet d’entraînement individualisé
 Après l’action
Il/Elle recueille les impressions et sensations du pratiquant
Il/Elle propose une interprétation des sensations à l’effort
Il/Elle analyse le contenu pédagogique à travers les annotations du carnet d’entraînement et les sensations vécues
Il/Elle prend note des modifications à apporter à proposer
Il/Elle coordonne avec l’entraîneur les réajustements du travail planifié
Il/Elle prend note des modifications à apporter
Il/Elle observe l’athlète en compétition,
Il/Elle propose des pistes de travail à l’entraîneur.
 
De ces activités sont dérivés les objectifs permettant l’élaboration du référentiel de certification.
 
Référentiel de certification pour l’UC10
OI 10.1 EC d’accompagner le développement des qualités physiques de base chez un athlète à profil.

OI 10 1 1 : EC de reconnaître les différents stades de maturation biologique chez un jeune athlète
OI 10.1.1.1 : EC de connaître les différentes qualités physiques d’un athlète
OI 10.1.1.2 : EC de maîtriser les principaux tests d’évaluation des qualités physiques
OI 10.1.1.3 : EC de reconnaître les principales théories de l’apprentissage moteur
OI 10.1.2 : EC d’identifier un athlète à potentiel
OI 10.1.2.1 : EC de définir de degré d’entraînabilité des principales aptitudes
OI 10.1.2.2 : EC de maîtriser les éducatifs des mouvements d’haltérophilie
OI 10.1.2.3 : EC de déterminer les charges de travail adaptées aux différentes morphologies
OI 10.1.3 : EC de coordonner une charge de travail avec la pratique sportive d’un athlète
OI 10.1.3.1 : EC d’évaluer le degré de maturation d’un projet de performance sportive
OI 10.1.3.2 : EC de travailler en équipe (staff) autour d’un projet de performance
OI 10.2 : EC d’analyser les activités sportives
OI 10.2.1 : EC d’identifier les durées et les intensités des efforts des activités sportives en situation de compétition
OI 10.2.1.1 : EC de différencier dans les activités sportives les spécificités des postes
OI 10.2.1.2 : EC d’analyser les muscles mis en jeu et les pathologies récurrentes associées aux disciplines sportives
OI 10.2.2 : EC de mobiliser les principaux facteurs de performance
OI 10.2.2.1 : EC de modéliser les qualités physiques mises en jeu dans une discipline
OI 10.2.2.2 : EC de construire un partenariat avec un entraîneur spécialiste d’une discipline
OI 10.3 EC de construire une préparation physique générale pour accéder à une pratique soutenue en relation avec un entraîneur.
OI 10.3.1 : EC de construire un programme de préparation physique individualisée
OI 10.3.1.1 : EC d’évaluer la condition physique du sportif
OI 10.3.1.2 : EC de proposer un cycle d’entraînement adapté au niveau du sportif
OI 10.3.1.3 : EC de coordonner la préparation physique et la pratique sportive
OI 10.3.2 : EC d’organiser le suivi individualisé d’une préparation physique
OI 10.3.2.1 : EC de constituer une base de données individuelle de performance
OI 10.3.2.2 : EC d’évaluer les effets immédiats des séances d’entraînements
OI 10.3.2.3 : EC de modifier des exercices ou des séances
OI 10.3.2.4 : EC d’évaluer les effets différés des séances et du programme d’entraînement
OI 10.3.2.5 : EC de modifier un programme d’entraînement
OI 10.3.2.6 : EC d’évaluer le degré d’implication d’un athlète dans un programme de préparation physique
OI 10.3.2.7 : EC d’évaluer les étapes de transformations physiques et physiologiques
 

Objectifs d'intégration UC1

UC 1 : EC de communiquer dans les situations de la vie professionnelle
OI 1.1. EC de communiquer oralement avec ses interlocuteurs:
OI 1.1.1. EC d'accueillir les différents publics,

OI 1.1.1.1 EC d’accueillir des enfants, des adolescents, des adultes, des seniors et des personnes âgées

OI 1.1.2. EC de transmettre des informations,

OI 1.1.2.1 EC de transmettre les informations par oral, par téléphone, à un public

OI 1.1.3. EC d'assurer une présentation,

OI 1.1.3.1 EC de commenter une note d’information, une affiche
OI 1.1.3.2 EC de présenter sa structure, les activités et le personnel employé
OI 1.1.3.3 EC d’utiliser les nouvelles technologies (ordinateur, logiciels)

OI 1.1.4. EC de prendre en compte l'expression des interlocuteurs,

OI 1.1.4.1 EC de comprendre les attitudes des interlocuteurs (le fond et la forme)

OI 1.1.5. EC d'argumenter ses propos.

OI 1.1.5.1 EC d’argumenter en utilisant des connaissances théoriques
OI 1.1.5.2 EC d’argumenter en utilisant des connaissances pratiques
OI 1.1.5.3 EC d’utiliser des arguments en corrélation avec le sujet posé

OI 1.2. EC de produire les différents écrits de la vie professionnelle :
OI 1.2.1. EC de rédiger des écrits techniques, pédagogiques, et / ou administratifs,

OI 1.2.1.1 EC de rédiger une règle sportive propre à une discipline
OI 1.2.1.2 EC de rédiger une préparation de séance, un cycle d’activités
OI 1.2.1.3 EC de rédiger une lettre auprès des partenaires

OI 1.2.2. EC de réaliser des documents élémentaires d’information et de communication.

OI 1.2.2.1 EC de créer une affiche concernant une manifestation
OI 1.2.2.2 EC de rédiger un courrier à destination des adhérents
OI 1.2.2.3 EC de rédiger un communiqué de presse

OI 1.3. EC d'utiliser les technologies de l’information et de la communication dans les situations courantes de la vie professionnelle :
OI 1.3.1. EC d'utiliser les outils bureautiques,

OI 1.3.1.1 EC d’utiliser Word, Excel
OI 1.3.1.2 EC d’utiliser un diaporama de type power point
OI 1.3.1.3 EC de créer une base de données d’adhérents par informatique
OI 1.3.1.4 EC d’utiliser les logiciels

OI 1.3.2. EC d'utiliser des supports multimédias,

OI 1.3.2.1 EC de se servir d’un magnétoscope dans un but pédagogique
OI 1.3.2.2 EC de se servir d’un vidéo projecteur dans un but d’information
OI 1.3.2.3 EC de se servir d’un DVD

OI 1.3.3. EC de communiquer à distance et en différé.

            OI 1.3.3.1 EC d’envoyer des emails individuels et collectifs
            OI 1.3.3.2 EC d’utiliser internet et les moteurs de recherche
            OI 1.3.3.3 EC de se créer une adresse email
 
OI 1.4. EC de constituer une documentation sur un thème de la vie professionnelle :
OI 1.4.1. EC d'exploiter différentes sources documentaires,

OI 1.4.1.1 EC d’utiliser des revues
OI 1.4.1.2 EC d’utiliser des ouvrages
OI 1.4.1.3 EC d’utiliser les moteurs de recherche d’internet

OI 1.4.2. EC d'organiser les informations recueillies,

OI 1.4.2.1 EC de résumer par écrit des articles lus ou des expériences vécues

OI 1.4.3. EC d'actualiser ses données.                  

OI 1.4.3.1 EC de s’informer en lisant des articles
OI 1.4.3.2 EC de s’informer en participant à des conférences


Objectifs d'intégration UC2

UC 2 : EC de prendre en compte les caractéristiques des publics pour préparer une action éducative

OI 2.1. EC d’analyser les différents publics dans leur environnement :
OI 2.1.1. EC d'identifier les caractéristiques des publics,

OI 2.1.1.1 EC de prendre en compte l’âge, le sexe du public
OI 2.1.1.2 EC de prendre en compte les caractéristiques sociales et culturelles
OI 2.1.1.3 EC de prendre en compte le niveau physique du public

OI 2.1.2. EC de repérer les attentes et les motivations des publics,

OI 2.1.2.1 EC de questionner les pratiquants avant les cours
OI 2.1.2.2 EC de questionner les pratiquants pendant et après les cours
OI 2.1.2.3 EC d’observer les pratiquants avant et pendant les cours

OI 2.1.3. EC d'adapter son attitude et son action en fonction du public.

OI 2.1.3.1 EC d’adapter son langage au public
OI 2.1.3.2 EC d’aménager le milieu et les types d’animation
OI 2.1.3.3 EC de s’amuser et d’échanger

OI 2.2. EC de choisir des démarches adaptées aux différents publics
OI 2.2.1. EC de sélectionner des modes de relation adaptés aux publics,

OI 2.2.1.1 EC de rester sur un mode hiérarchique (Maître-Elève)
OI 2.2.1.2 EC d’utiliser un mode partenariale
OI 2.2.1.3 EC d’utiliser une démarche associative 

OI 2.2.2. EC de prendre en compte les besoins particuliers de différents publics,

OI 2.2.2.1 EC de jouer sur la dépense énergétique 
OI 2.2.2.2 EC de privilégier les relations sociales interindividuelles
OI 2.2.2.3 EC de privilégier la performance ou le jeu ou l’apprentissage   

OI 2.2.3. EC de veiller à l’intégrité physique et morale des publics.

OI 2.2.3 1 EC de donner des consignes de sécurité
OI 2.2.3.2 EC de faire respecter les consignes données
OI 2.2.3.3 EC de sécuriser le milieu d’activités
OI 2.2.3.4 EC de mixer son public (enfants adultes)


Objectifs d'intégration UC3

UC 3 : EC de préparer un projet ainsi que son évaluation

OI 3.1. EC d'identifier les ressources et les contraintes :
OI 3.1.1. EC de repérer les contraintes,

OI 3.1.1.1 EC de repérer les contraintes liées à l’environnement externe
OI 3.1.1.2 EC de repérer les contraintes liées à l’environnement interne
OI 3.1.1.3 EC de repérer les contraintes liées aux APS et aux matériels

OI 3.1.2. EC d'identifier les ressources et les partenaires,

OI 3.1.2.1 EC de prendre en compte les ressources des adhérents
OI 3.1.2.2 EC de prendre en compte les ressources humaines
OI 3.1.2.3 EC de prendre en compte les ressources matérielles
OI 3.1.2.4 EC de prendre en compte les ressources financières

OI 3.1.3. EC d'appréhender les incidences du projet dans l'environnement.

OI 3.1.3.1 EC d’utiliser et de prendre en compte l’image du projet

OI 3.2 EC de définir les objectifs du projet d'animation :
OI 3.2.1. EC de situer le projet d'animation dans son environnement,

OI 3.2.1.1 EC de situer l’environnement économique, social et  réglementaire

OI 3.2.2. EC de préciser la finalité,

OI 3.2.2.1 EC de préciser une finalité formative
OI 3.2.2.2 EC de préciser une finalité éducative ou événementielle

OI 3.2.3. EC de décliner les objectifs.

OI 3.2.3.1 EC de formuler des objectifs de découverte
OI 3.2.3.2 EC de définir des objectifs de développement (technique, physique)

OI 3.3. EC d'élaborer un plan d’action :
OI 3.3.1. EC d'organiser le déroulement général du projet,

OI 3.3.1.1 EC d’organiser le projet dans le temps
OI 3.3.1.2 EC d’organiser le projet dans l’espace
OI 3.3.1.3 EC d’organiser le projet avec les partenaires

OI 3.3.2. EC de planifier les étapes de réalisation,

OI 3.3.2.1 EC d’analyser l’environnement externe et interne
OI 3.3.2.2 EC de définir les objectifs, les buts à atteindre
OI 3.3.2.3 EC de préparer le contenu du projet
OI 3.3.2.4 EC d’évaluer le projet

OI 3.3.3. EC de vérifier la disponibilité des moyens nécessaires à la conduite du projet,

OI 3.3.3.1 EC de vérifier les moyens structuraux, financiers, humains et matériels

OI 3.3.4. EC de prévoir des solutions alternatives,
            OI 3.3.4.1 EC de prévoir un projet de remplacement
            OI 3.3.4.2 EC de prévoir des animateurs suppléants, un lieu différent
 OI 3.3.5. EC de préparer la promotion du projet.

OI 3.3.5.1 EC de communiquer au sein de la structure
OI 3.3.5.2 EC de communiquer auprès des partenaires et collectivités

OI 3.4 EC de préparer l’évaluation du projet :
OI 3.4.1. EC de choisir des modalités et des outils d’évaluation,

OI 3.4.1.1 EC d’évaluer le projet à l’aide d’un questionnaire écrit ou d’une enquête de satisfaction
OI 3.4.1.2 EC d’évaluer le projet en observant

OI 3.4.2. EC de se doter de repères et d’indicateurs opérationnels,
            OI 3.4.2.1 EC de définir des critères de réussite observable
            OI 3.4.2.2 EC d’analyser les indices de fréquentation des différentes        activités
 OI 3.4.3. EC de proposer une grille d'évaluation.
            OI 3.4.3.1 EC d’organiser et de hiérarchiser des critères observables
            OI 3.4.3.2 EC de définir des niveaux et des profils minima
 

Objectifs d'intégration UC4


UC 4 : EC de participer au fonctionnement de la structure
 OI 4.1. EC de contribuer au fonctionnement de la structure :
 OI 4.1.1. EC d'identifier les rôles, statuts et fonctions de chacun,

OI 4.1.1.1 EC d’identifier les tâches de chacun
OI 4.1.1.2 EC de produire un ou des organigrammes de la structure
OI 4.1.1.3 EC de repérer les rôles et fonctions de chacun

OI 4.1.2. EC d’intégrer à une équipe de travail,

OI 4.1.2.1 EC de participer à une action collective
OI 4.1.2.2 EC de définir son rôle dans l’équipe

OI 4.1.3. EC de participer à des réunions internes et externes,

OI 4.1.3.1 EC d’exprimer son point de vue oralement lors de la réunion
OI 4.1.3.2 EC de représenter le point de vue du club en externe

OI 4.1.4. EC de prendre en compte les obligations légales et de sécurité,

OI 4.1.4.1 EC d’annuler ou de reporter son action si les conditions de sécurité ne sont pas respectées
OI 4.1.4.2 EC de connaître les règles de sécurité en matière d’animation

OI 4.1.5. EC de présenter le bilan de ses activités,

OI 4.1.5.1 EC d’analyser son action
OI 4.1.5.2 EC d’évaluer son action

OI 4.1.6. EC de réagir en cas de maltraitance de mineurs ou de comportement sectaire d’un membre de la structure.

OI 4.1.6.1 EC d’intervenir en agissant directement et immédiatement
OI 4.1.6.2 EC d’alerter son supérieur hiérarchique et les services compétents

OI 4.2. EC de participer à l'organisation des activités de la structure :
OI 4.2.1. EC de contribuer à la programmation des activités,

OI 4.2.1.1 EC d’élaborer un planning général de la structure
OI 4.2.1.2 EC d’élaborer un planning du personnel
OI 4.2.1.3 EC de corréler ces deux paramètres (ressources humaines et matérielles)

 OI 4.2.2. EC de gérer le matériel et l’utilisation des équipements,

OI 4.2.2.1 EC de vérifier l’état du matériel et des équipements
OI 4.2.2.2 EC de faire acquérir du matériel adapté

OI 4.2.3. EC d'articuler son activité à la vie de sa structure.

OI 4.2.3.1 EC de s’adapter aux pratiques et aux attentes du public
OI 4.2.3.2 EC de s’adapter aux rythmes de la structure



Objectifs d'intégration UC5

UC 5 : EC de préparer une action d’animation dans le cadre des « ACTIVITES GYMNIQUES, DE LA FORME ET DE LA FORCE »

 
OI 5.1 : EC D’ANALYSER LE CONTEXTE DE L’ACTION
OI 5.1.1 : EC de prendre en compte les objectifs de la structure dans laquelle il/elle exerce son activité,

OI 5.1.1.1 EC de repérer les attentes de la structure et du public actuel et potentiel
OI 5.1.1.2 EC  d’adapter le contenu de son cours aux objectifs du club.
OI 5.1.1.3 EC d’adapter son contenu aux spécificités du public

OI 5.1.2 : EC d’appréhender les moyens disponibles dans la structure (salle, horaires, matériel…),

OI 5.1.2.1 EC de s’adapter aux particularités des lieux de pratique
OI 5.1.2.2 EC de respecter les exigences données (horaires, tenue)

OI 5.1.3 : EC de repérer les personnes ressources disponibles pour l’action,

OI 5.1.3.1 EC de reconnaître les élus, les bénévoles, les techniciens, les pratiquants leaders

OI 5.1.4 : EC de s’informer sur les réglementations en vigueur.

OI 5.1.4.1 EC de connaître ses prérogatives d’exercice
OI 5.1.4.2 EC de connaître les limites réglementaires (salle, activités, nombre), sécurité, carte professionnelle, déclaration établissement APS)

OI 5.2 : EC DE PRENDRE EN COMPTE LA SPECIFICITE DU PUBLIC CONCERNE PAR L’ACTION
OI 5.2.1 : EC de prendre en compte la constitution du groupe (nombre, sexe et homogénéité) en l’adaptant à l'espace de pratique,

OI 5.2.1.1 EC d’évaluer son groupe au regard du niveau et de l’espace
OI 5.2.1.2 EC de repérer les points forts et faibles

OI 5.2.2 : EC de prendre en compte le niveau de pratique et de développement moteur du public visé,

OI 5.2.2.1 EC de prendre en compte la constitution du groupe pour choisir l’activité, (type, nature et intensité de l’activité) 
OI 5.2.2.2 EC d’organiser la pratique en relation avec la coordination et les apprentissages du public

OI 5.2.3 : EC d’identifier les caractéristiques, les attentes et les besoins du public visé,

OI 5.2.3.1 EC de proposer un choix d’activités gymniques
OI 5.2.3.2 EC d’analyser le niveau de motivation des pratiquants
OI 5.2.3.3 EC de tester les capacités physiques du public

OI 5.2.4 : EC de fixer des objectifs adaptés au niveau des pratiquants.

OI 5.2.4.1 EC de proposer des objectifs abordables techniquement
OI 5.2.4.2 EC de proposer des objectifs répondant aux besoins du public
OI 5.2.4.3 EC d'identifier le niveau de pratique des personnes concernées par l'animation,
OI 5.2.4.4. EC de construire des tests de niveau

OI 5.3 : EC DE CONSTRUIRE UNE ACTION EN LA SITUANT DANS LE PROJET     D’ANIMATION
OI 5.3.1 : EC de définir le ou les objectifs de l’action d’animation,
OI 5.3.2 : EC de prendre en compte les attentes et les besoins du public visé,
OI 5.3.3 : EC de choisir des activités ou des techniques sportives et une organisation pédagogique adaptées en respectant la sécurité individuelle et      collective,
OI 5.3.4 : EC de choisir une démarche pédagogique en fonction du contexte et du public,
OI 5.3.5 : EC de prévoir des situations alternatives.

OI 5.3.5.1 EC de prévoir en fonctions des difficultés du cours des solutions de ré médiation.
OI 5.3.5.2 EC de complexifier ou de simplifier les séances
OI 5.3.5.3 EC de changer d’objectif et d’activité selon les besoins du public

OI 5.4 : EC  DE PREVOIR L’EVALUATION DE SON ACTION
OI 5.4.1 : EC d’identifier des critères observables : résultat, satisfaction des pratiquants, organisation, démarche pédagogique…,

OI 5.5.1.1 EC de construire une grille d'évaluation de son action,  
OI 5.4.1.2 EC de connaître les différents types d’évaluation
OI 5.4.1.3 EC de se faire son autoévaluation

OI 5.4.2 : EC de choisir des outils d’évaluation,

OI 5.4.2.1 EC d'identifier les indicateurs d'évaluation de son action,
OI 5.4.2.2 EC de proposer des indicateurs pertinents d’évaluation
OI 5.4.2.3 EC de gérer son temps de séance
OI 5.4.2.4 EC de donner des consignes en groupe ou et individuellement
OI 5.4.2.5 EC de définir des critères de réussite.
OI 5.4.2.6 EC de proposer des critères observables (satisfaction, type de pédagogie, motivation, gestion temporelle, ALT)

OI 5.4.3 : EC de prévoir la périodicité et les modalités d’évaluation

OI 5.4.3.1 EC de programmer des évaluations par cycle et niveau
OI 5.4.3.2 EC de définir des évaluations formatives et certificatives 


Objectifs d'intégration UC6


UC 6 : EC d’ENCADRER UNE PERSONNE OU UN GROUPE DANS LE CADRE D’UNE ACTION D’ANIMATION UTILISANT DES « ACTIVITES GYMNYQUES, DE LA FORME ET DE LA FORCE
 OI 6.1 : EC D’ADOPTER UN COMPORTEMENT PROFESSIONNEL VIS-A-VIS D’UN OU DES PRATIQUANTS
OI 6.1.1 : EC d’adopter une attitude dynamique et positive,

OI 6.1.1.1 EC d’encourager, valoriser le pratiquant
OI 6.1.1.2 EC d’instaurer un climat d’ouverture, d’échange,
OI 6.1.1.3 EC de faire abstraction de ces problèmes et de ne pas partager

OI 6.1.2 : EC d’utiliser le mode de communication adapté au public concerné,

OI 6.1.2.1 EC de connaître les différents publics et leurs spécificités cognitives
OI 6.1.2.2 EC d’analyser le public et ses modes de communications
OI 6.1.2.3 EC de choisir un mode de communication (visuel, verbal) en adéquation avec son public

OI 6.1.3 : EC de gérer le temps.

OI.6.1.3.1 EC d’être ponctuel à ses animations
OI 6.1.3.2 EC de respecter la durée de son animation et de ses exercices
OI 6.1.3.3 EC d’élaborer sa séance en fonction de la durée requise
OI 6.1.3.4 EC de rester attentifs au facteur temps et à modifier son action en respect avec la réalisation de ces objectifs.

OI 6.2 : EC DE PRENDRE EN COMPTE UN OU DES PRATIQUANTS DANS LE CADRE D’UNE ACTION D’ANIMATION
OI 6.2.1 : EC de prendre en charge un/des pratiquants,

OI 6.2.1.1. EC de connaitre les différents publics
OI 6.2.1.2 EC de faire de professionnalisme et de mettre en application les connaissances acquises.
OI 6.2.1.3 EC faire preuve d’altruisme, de compréhension quand au niveau des pratiquants
OI 6.2.1.4 EC de faire preuve de pédagogie
OI 6.2.1.5 IEC de faire preuve d’analyse de la valeur physique, de la cognition, de l’auto représentation, schéma corporel de/des pratiquants.

OI 6.2.2 : EC de faire adopter une tenue appropriée à la pratique dans le respect de la sécurité des pratiquants,

OI 6.2.2.1 EC de connaitre la tenue requises pour les actions d’animations « plateau sur cours collectifs » (chaussures, vêtements..)
OI 6.2.2.2 EC de présenter, valoriser  argumenter pour faire respectez les règles de sécurité par les adhérents

OI 6.2.3 : EC d'organiser dans l’espace, le placement et la circulation des individus pour optimiser les conditions d’exercice de l’activité,

OI 6.2.3.1 EC de connaitre les distances requises
OI 6.2.3.2 EC de placer ces élèves en début d’animation
OI 6.2.3.3 EC d’avoir prévu dans ces actions d’animation les problèmes de déplacement et sa remédiation

OI 6.2.4 : EC de respecter et faire respecter les règles de vie en groupe,

OI 6.2.4.1 EC de connaitre les règles de vie en groupe (ponctualité, ouverture d’esprit, altruisme)
OI 6.2.4.2 EC d’instaurer un climat de confiance et d’échange entre l’individu
OI 6.2.4.3 EC de signalez un manquement au règles en y mettant les formes.

OI 6.2.5 : EC de proposer des situations d’animation visant à développer la coopération, la socialisation et l’autonomie des pratiquants,

OI 6.2.5.1 EC de placer ses pratiquants en situations d’échange et de partenariat lors de ces actions d’animation
OI 6.2.5.2 EC d’utiliser les différents niveaux des pratiquants pour travailler ensemble

OI 6.2.6 : EC de réguler la dynamique et le fonctionnement du groupe en prenant en compte l’adhésion d’un ou des pratiquants,

OI 6.2.6.1 EC de simplifier ou complexifier  les techniques pour travailler ensemble

OI 6.2.7 : EC de prendre en charge un pratiquant en difficulté dans le groupe

OI 6.2.7.1 EC de reconnaitre un pratiquant en difficulté
OI 6.2.7.2 EC de ne pas isoler le pratiquant ou faire remarquer son échec.
OI 6.2.7.3 EC de proposer des solutions de remédiassions individualisées

OI 6.3 : EC DE GERER LES SITUATIONS PARTICULIERES
OI 6.3.1 : EC de prévenir les situations conflictuelles et les incivilités dans et autour de l’activité,

OI 6.3.1.1 EC de placer ses pratiquants
OI 6.3.1.2 EC de se faire respecter dans le cours (discipline) et en dehors
OI 6.3.1.3 EC de faire respecter le règlement intérieur de la salle
OI 6.3.1.4 EC d’exclure un pratiquant au comportement déplacé

OI 6.3.2 : EC d’agir de manière efficace en cas d’accident, d’incident ou de blessure,

OI 6.3.2.1 EC de connaître le numéro des urgences et de les alerter
OI 6.3.2.2 EC de faire les premiers gestes de secours.
OI 6.3.2.3 EC de prendre les bonnes décisions suite à une traumatologie

OI 6.3.3 : EC d’alerter les responsables lorsqu’il/elle repère un cas de maltraitance ou un comportement sectaire.

OI 6.3.3.1 EC de repérer quels sont les observables des situations de maltraitance ou de comportement sectaire
OI 6.3.3.2 EC de connaitre les éléments sectaires

 

Objectifs d'intégration UC7


UC 7- D : EC DE MOBILISER LES CONNAISSANCES NECESSAIRE A LA CONDUITE DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DES ACTIVITES « HALTERES-MUSCULATION ET FORME SUR PLATEAUX »
OI 7.1 : EC DE MOBILISER LES CONNAISSANCES GENERALES ET SCIENTIFIQUES
OI.7.1.1 : EC d’énoncer les connaissances pédagogiques et méthodologiques appliquées,

OI 7.1.1.1 EC d’utiliser les méthodes pédagogiques de façon opportunes en fonctions du niveau du public …
OI 7.1.1.2 EC capable de personnaliser ses enseignements en fonction de ses connaissances.

OI.7.1.2 : EC d’énoncer les connaissances techniques spécifiques,

OI 7.1.2.1 EC d’utiliser les différentes méthodes de musculation associées aux principes pédagogiques et au niveau technique du public
OI 7.1.2.2 EC de rappeler les méthodes de développement de la force, la vitesse, l’endurance, l’adresse
OI 7.1.2.3 EC de commenter la courbe d’Howald et ses incidences

OI.7.1.3 : EC de commenter les méthodes de travail utilisées,

OI 7.1.3.1 EC de définir les avantages et inconvénients des méthodes de travail ainsi que leur pré requis
OI 7.1.3.2 EC de relier les méthodes de travail aux objectifs de développement
OI 7.1.3.2 EC de définir les effets recherchés de chaque méthode

OI.7.1.4 : EC de justifier son action en référence à des connaissances scientifiques(biologiques et humaines),

OI 7.1.4.1 EC de prévoir ou de choisir ses actions en fonctions des besoins physiologiques attendus et des effets recherchés

OI 7.1.5 : EC de caractériser la réalisation technique du pratiquant.

OI 7.1.5.1 EC d’observer le public, d’en définir le niveau et les carences.
OI 7.1.5.2 EC de positionner son public sur un niveau de compétences.
OI 7.1.5.3 EC capable d’en définir les carences en matières techniques.

OI 7.1.6 : EC de signaler les risques et les principales pathologies associées aux activités.

OI 7.1.6.1 EC de connaître les pathologies principales de la musculation.
OI 7.1.6.2 EC d’alerter les pratiquants  et d’interdire ou de proscrire des exercices

OI  7.2 : EC DE MOBILISER LES CONNAISSANCES PERMETTANT DE DEVELOPPER, D’ORGANISER ET DE GERER DES ACTIVITES «  HALTERES MUSCULATION ET FORME SUR PLATEAU »
OI 7.2.1 : EC de participer à l’élaboration du planning en tenant compte de la disponibilité des intervenants, du matériel, de la fréquentation et des attentes du public,

OI 7.2.1.1 EC d’être une force de proposition efficace sur le contenu de cours        
OI 7.2.1.2 EC capable d’évaluer l’opportunité de son action en fonction de la participation à ses actions d’animation et à son évolution

OI 7.2.1.3 EC de remettre en cause ses actions d’animations et d’en connaître les origines.

OI 7.2.2 : EC de participer aux procédures liées aux activités,

OI 7.2.2.1 EC capable de renseigner un futur adhérent sur les tarifs et les activités proposées
OI 7.2.2.2 EC de d’inscrire un nouvel adhérents aux cours en prenant en compte son niveau technique, sa forme et ses besoins

OI 7.2.3 : EC de participer à l’organisation de manifestations promotionnelles de son activité,

OI 7.2.3.1 EC capable de promotionner la manifestation en choisissant les outils de communication adéquate
OI 7.2.3.2 EC de mettre en place des démonstrations en concordances avec le public visé et les besoins de la structure.

OI 7.2.4 : EC de maitriser l’utilisation des différents matériels,

OI 7.2.4.1 EC capable de présenter les différents matériels de musculation
OI 7.2.4.2 EC de démontrer le geste technique sur des appareils de charges additionnelles aux adhérents de la structure.
OI 7.2.4.3 EC de produire une performance avec le matériel

OI 7.2.5 : EC de gérer les conditions de mise à disposition de matériel,

OI 7.2.5.1 EC de mettre en place des solutions de rangements permettant d’assurer la sécurité des pratiquants
OI 7.2.5.2 EC de proposer des solutions de rangements permanentes sollicitant le moins d’espace possible
OI 7.2.5.3 EC capable de proposer des solutions d’optimisation de l’espace

OI 7.2.6 : EC de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre du budget d’une action.

OI 7.2.6.1 EC de faire élaborer et de proposer des devis en fonctions des besoins   en matériels
OI 7.2.6.2 EC de définir les éléments et les coûts des biens et services nécessaires à une action de promotion, de communication ou d’animation

OI 7.3 : EC DE MOBILISER LES CONNAISSANCES REGLEMENTAIRES, JURIDIQUES ET ADMINISTRATIVES LIEES A LA SECURITE, A L’ENCADREMENT DU PUBLIC ET A L’ACTIVITE
OI 7.3.1 : EC de mobiliser les connaissances réglementaires, juridiques et administratives liées à l’encadrement des activités,

OI 7.3.1.1 EC de rappeler le code du sport (aspect législatif et règlementaire)
OI 7.3.1.2 EC de rappeler les décrets et arrêtés importants qui ont une incidence majeure

OI 7.3.2 : EC d’appliquer les principales dispositions légales en matière de sécurité des pratiquants et des tiers,

OI 7.3.2.1 EC de prévenir les comportements à risques pour la santé du pratiquant.      
OI 7.3.2.2 EC d’évaluer l’importance des conséquences de l’activité proposée en termes d’intégrité physique, psychologique et de cohésion sociale

OI 7.3.3 : EC d’appliquer les principales dispositions légales en matière de protection de la santé des sportifs et de lutte contre le dopage,

OI 7.3.3.1 EC de connaître la réglementation en matière de protection de la santé des sportifs et de lutte contre le dopage
OI 7.3.3.2 EC de réagir efficacement en cas de dérive sportive ou dopage

OI 7.3.4 : EC d’énoncer les règles en vigueur concernant la responsabilité et les obligations professionnelles,

OI 7.3.4.1 EC de différencier la responsabilité civile et pénale de l’intervenant
OI 7.3.4.2 EC de connaître la législation sportive (Code du sport) en matière d’animation et d‘accueil
OI 7.3.4.3 EC d’évaluer les risques des pratiquants selon leurs aptitudes
OI 7.3.4.4 EC de d’imposer l’arrêt d’une pratique si le risque encouru est trop prégnant

OI 7.3.5 : EC de participer à la maintenance des équipements (entretien courant du matériel lié à la pratique),

OI 7.3.5.1 EC de régler les équipements.
OI 7.3.5.2 EC de réparer le petit matériel

OI 7.3.6 : EC d’appliquer des principes d’hygiène et de sécurité, relatifs aux installations, aux équipements et matériels.

OI 7.3.6.1 EC de connaître les principes d’hygiène et de sécurité



Objectifs d'intégration UC8

UC 8 D : EC DE CONDUIRE UNE ACTION EDUCATIVE DES ACTIVITES « HALTERES MUSCULATION ET FORME SUR PLATEAU »

OI 8.1 : EC DE CONDUIRE DES SITUATIONS DE L’INITIATION AU PERFECTIONNEMENT
OI 8.1.1 : EC de donner les informations utiles aux pratiquants sur l’utilisation du matériel et des exercices proposées,

OI 8.1.1.1 EC de faire suivre le tempo de la musique à ces pratiquants
OI 8.1.1.2 EC de donner des éléments de réalisation technique
OI 8.1.1.3 EC d’expliciter les mouvements
OI 8.1.1.4 EC de faire respecter les intensités de travail et les délais de récupération

OI 8.1.2 : EC de mettre en œuvre des situations d’apprentissages,

OI 8.1.2.1 EC de mettre en place une progression pédagogique dans ses actions d’animations
OI 8.1.2.2.EC de valoriser et d’encourager l’action des pratiquants
OI 8.1.2.3 EC de complexifier ou simplifier l’exercice

OI 8.1.3 : EC de soutenir le déroulement de l’action,

OI 8.1.3.1 EC de démontrer les exercices
OI 8.1.3.2.EC de corriger les postures
OI 8.1.3.3 EC d’augmenter la charge avec succés

OI 8.1.4 : EC de s’adapter aux réponses des pratiquants,

OI 8.1.4.1 EC d’observer et analyser la réponse motrice de ces pratiquants
OI 8.1.4.2 EC de remédier à cette réponse en apportant des consignes différentes
OI 8.1.4.3.EC de réadapter les critères de réussites, les objectifs en fonction de la réponse des pratiquants
OI 8.1.4.4 EC de redéfinir de nouveaux objectifs pour ces cycles d’animations

OI  8.2 : EC D’ANIMER
OI 8.2.1 : EC de créer une ambiance stimulante,

OI 8.2.1.1 EC de faire preuve d’animation dans ces cours ( échanges, participations…)
OI 8.2.1.2 EC de faire preuve d’originalité dans la présentation de ces actions d’animations (tenue, thèmes, variabilité)
OI 8.2.1.3 EC de faire preuve de charisme, dynamisme, chaleur

OI 8.2.2 : EC de dynamiser les pratiquants en s’impliquant.

OI 8.2.2.1 EC capable de moduler son énergie en animant son cours
OI 8.2.2.2 EC de pratiquer avec aisance musculaires et cardio-vasculaire les activités enseignées
OI 8.2.2.3 EC de repérer l’atteinte des différents critères de réussites en fonction de ces adhérents et de les encourager (choix vocabulaire, énergie         vocale) 

OI 8.2.3 : EC de s’impliquer,

OI 8.2.3.1 EC d’aider les pratiquants à compter
OI 8.2.3.2 EC d’aider les pratiquants à tenir les charges
OI 8.2.1.3 EC d’annocer les séries et répétitions restantes

OI 8.3 : EC D’EDUQUER LES PRATIQUANTS AUX REGLES
OI 8.3.1 : EC de sensibiliser les pratiquants aux règles d’hygiène,

OI 8.3.1.1 EC de repérer les règles d’hygiène (physique, alimentaires) inhérente à la pratique  établis dans la structure
OI 8.3.1.2 EC de faire preuve de pédagogie quand à la demande de respect de ces règles
OI 8.3.1.3 EC de faire respectez l’ensemble des règles d’hygiène dans ses actions d’animations

OI 8.3.2 : EC d’amener les pratiquants à respecter les règles de sécurité,

OI 8.3.2.1 EC de connaître les règles de sécurité inhérentes à la pratique des activités de forme et de force (Echauffement, Parade, respect des max,        distance de sécurité, évolution progressive de l’intensité..)
OI 8.3.2.2 EC d’analyser la présence de risque supplémentaire permanent ou ponctuel
OI 8.3.2.3 EC d’agir en prévention et de prendre toute mesure pour éviter tout accident

OI 8.3.3 : EC de prémunir les pratiquants contre les risques inhérents à la pratique.

OI 8.3.3.1 EC de définir les risques de chaque famille d’activités et les     contre -indications
OI 8.3.3.2 EC de prévenir sans effrayer le pratiquant concernant le risque
OI 8.3.3.3 EC de prendre des mesures préventives concernant les risque inhérents à la pratique (conjoncturel, structurel…)

OI 8.4 : EC D’EVALUER SON ACTION
OI 8.4.1 : EC de situer sa prestation dans le projet de la structure,

OI 8.5.1.1 EC d’avoir analysé la structure (projet, public, attentes)
OI 8.5.1.2 EC de mettre en adéquation son action d’animation en fonction de son analyse
OI 8.5.1.3 EC de remédier a ses actions d’animations au travers de ces cycles d’animations

OI 8.4.2 : EC de vérifier la réalisation des objectifs,

OI 8.4.2.1 EC de connaitre les objectifs des différentes actions d’animations
OI 8.4.2.2 EC d’établir des critères de réussites objectifs au sein de ces exercices
OI 8.4.2.3 EC de connaitre des « observables » pour ces actions d’animation ;
OI 8.5.2.4 EC d’être toujours attentifs à son public

OI 8.4.3 : EC d’apprécier le degré de satisfaction des pratiquants,

OI 8.4.3.1 EC d’échanger à la fin du cours sur la qualité du cours
OI 8.4.3.2 EC capable d’observer et prendre en compte dans ces actions futures les échanges inter-élèves sur la prestation
OI 8.4.3.3 EC de prendre en compte les remarques objectives des adhérents (besoin personnelles, choix et intensité des activités)

OI 8.4.4 : EC de mettre en œuvre des procédures d’évaluation

OI 8.4.4.1 EC de proposer des évaluations spécifiques
OI 8.4.4.2 EC capable de proposer des indicateurs de réussite
OI 8.4.4.3 EC de proposer des solutions de rémédiations

OI 8.4.5 : EC d’expliciter ses choix.

OI 8.4.5.1 EC d’appuyer ses choix pédagogiques en fonction de ses connaissances anatomiques, réglementaire, physiologiques, pédagogiques, de sa connaissance approfondis de l’activité et de la recherche
OI 8.4.5.2 EC d’appuyer son argumentation sur ces connaissances du secteur « Haltères, musculation et forme sur plateaux » et de l’adéquation des objectifs avec la recherche des pratiquants.
OI 8.4.5.3 EC de savoir remédier en fonction de la réponse motrice de ces pratiquants avec des choix pédagogiques.

 

Objectifs d'intégration UC9


UC 9 D : EC DE MAITRISER LES OUTILS OU TECHNIQUES «  HALTERES-MUSCULATION ET FORME SUR PLATEAU »
OI 9.1 : EC DE DEMONTRER LES TECHNIQUES GESTUELLES
OI 9.1.1 : EC de démontrer différentes techniques dans le respect du placement corporel,

OI 9.1.1.1 EC de pratiquer les activités
OI 9.1.1.2 EC d’adopter un placement corporel dans les différentes techniques et posture
OI 9.1.1.3 EC de démontrer les techniques de chaque mouvement

OI 9.1.2 : EC d’exécuter des enchaînements d’efforts,

OI 9.1.2.1 EC de gérer ses efforts
OI 9.1.2.2 EC d’exécuter une performance en prenant en compte la charge d’entraînement
OI 9.1.2.3 EC de réaliser un cycle d’entraînement.
OI 9.1.2.4 EC de résister à la fatigue
OI 9.1.2.5 EC d’évaluer et d’utiliser ses qualités physiques

OI 9.2 : EC D’UTILISER LE MATERIEL ET LES OUTILS TECHNOLOGIQUES SPECIFIQUES
OI 9.2.1 : EC d’exploiter le matériel mis à disposition

OI 9.2.1.1 EC de savoir utiliser les différents matériels
OI 9.2.1.2 EC d’utiliser au sein d’une animation ou d’un cycle le matériel à bon escient

OI 9.2.2 : EC de vérifier les conditions d’hygiène,

OI 9.2.2.1 EC de déterminer les différents éléments d’une bonne hygiène
OI 9.2.2.2 EC d’évaluer l’hygiène des pratiquants

OI 9.2.3 : EC d’effectuer les réglages en les adaptant aux pratiquants.

OI 9.2.3.1 EC connaître les possibilités de réglages des appareils
OI 9.4.3.2 EC de régler les appareils au niveau des pratiquants

OI 9.2.4 : EC d’aménager la ou les zones de pratiques.

OI 9.2.4.1 EC de simplifier ou de complexifier la zone de pratique
OI 9.2.4.2 EC d’inventer des exercices en transformant momentanément la zone de pratique
OI 9.2.4.3 EC de modifier les zones de pratiques

OI 9.2.5 : EC de vérifier l’état et le bon fonctionnement du matériel.

OI 9.2.5.1 EC de repérer du matériel vieillissant ou défectueux
OI 9.2.5.2 EC de détecter un fonctionnement du matériel dangereux


Objectifs d'intégration module Développement durable

module : developpement durable

UC : Mobiliser les connaissances necessaires à la prise en compte du developpement durable dans le champ d’une discipline sportive ou dans celui de l’animation
OI .1 : EC de mobiliser les connaissances specifiques à la prise en compte des enjeux du développement durable.

OI 1.1.1 :  EC d’expliciter les principes du développement durable ;
OI 1.1.2 : EC de prendre en compte le contexte dans lequel il évolue et ses potentialités ;
OI 1.1.3: EC de répondre aux besoins de la structure en terme de développement durable ;
OI 1.1.4 : EC d’identifier les personnes et les structures ressources dans le champ du développement durable ;
OI 1.1.5 : EC de prendre en compte le niveau de connaissance initial des publics au regard du développement durable.

OI .2 : EC de mettre en œuvre une démarche de dévellopement durable

OI 2.2.1 : EC mobiliser les personnes et les structures ressources dans le champ du développement durable ;
OI 2.2.2 : EC de proposer des actions en lien avec les thématiques du développement durable
OI 2.2.3 : EC d’être force de propositions au sein d’une équipe ;
OI 2.2.4 : EC d’initier les publics à des comportements et attitudes propres à la prise en compte de l’environnement dans une logique de développement durable ;
OI 2.2.5 : EC d’évaluer la progression des publics et leur niveau de réussite ;
OI 2.2.6 : EC de valoriser le patrimoine local ;        
OI 2.2.7 : EC de mobiliser les compétences spécifiques au développement durable

UC : être capable de mettre en œuvre une démarche éco-responsable
OI .1 : EC de federer les acteurs autour d’un travail collaboratif et partage pour l’organisation d’un evenement.

OI 2.1.1 : EC de sensibiliser des partenaires autour d’un projet commun de développement durable ;
OI 2.1.2 : EC de négocier des projets et de mobiliser les acteurs ;
OI 2.1.3: EC de consulter et d’utiliser les dispositifs de préservation des espaces naturels ;
OI  2.1.4 : EC de limiter l’empreinte environnementale de son action.

OI .2 : EC de developper des actions dans le cadre de projets territoriaux ou associatifs

OI 2.2.1 : EC de prendre en compte la complexité du système de l’environnement et le développement durable (EDD) ;
OI 2.2.2 : EC de hiérarchiser les priorités au regard du développement durable ;
OI 2.2.3 : EC de concilier les enjeux liés au développement durable.

OI .3 : EC d’adapter les evenements existants au regard du développement durable.

OI 3.3.1 : EC de prendre en compte la dimension législative et règlementaire ;
OI 3.3.2 : EC de mobiliser des équipes dans une démarche environnementale ;
OI 3.3.3: EC de prioriser les actions au regard des enjeux du développement durable;
OI 3.3.4 : EC de formaliser des savoir-faire et de les transférer ;
OI 3.3.5 : EC de pérenniser son action au regard du développement durable.


Informations SHN

Une page spéciale d'information a été créée à l'attention des SHN de Font Romeu afin de les sensibiliser sur les enjeux de cette formation.

CLIC